VIDÉO - Euro 2018 de handball : Vincent Gérard, l'héritier de Thierry Omeyer... vu par Thierry Omeyer

DirectLCI
RELÈVE - Ce vendredi, à 18 heures, l'équipe de France affronte l'Espagne pour une place en finale de l'Euro 2018 de handball. Dans les buts, "l'as de parade" Vincent Gérard va de nouveau pouvoir asseoir son statut de digne successeur de Thierry Omeyer, qui ne tarit pas d'éloges à son sujet. Comme il l'a confié à LCI.

Thierry Omeyer dit de lui le plus grand bien. Depuis le début du championnat d'Europe de handball, et avant la demi-finale contre l'Espagne ce vendredi à 18 heures, Vincent Gérard a dissipé les doutes et les inquiétudes, parade après parade, pour cette première compétition depuis 1999 sans son légendaire prédécesseur dans la cage tricolore. Élu meilleur gardien du dernier Mondial, lors duquel il avait déboulonné le mythe, en s'installant durablement dans le but au fil du tournoi, le futur gardien du PSG (qu'il rejoindra en 2019, ndlr) n'est semble-t-il jamais vraiment redescendu de son nuage. Au point de réussir à faire oublier son glorieux aîné. 


Après plusieurs années dans l'ombre de l'inamovible Omeyer (41 ans), c'est à 31 ans - l'âge de raison ? - que le gaillard d'un mètre quatre-vingt neuf (1,89m) s'est mué en titulaire. Et il n'a pas tardé à confirmer sa montée en puissance. Avec en point d'orgue un match stratosphérique (19 arrêts, dont 10 parades consécutives) face à la Suède (23-17) au tour principal.

En vidéo

Euro 2018 de handball : Vincent Gérard dégoûte la Suède

Des prestations de haute volée qui lui valent inévitablement d'être comparé à son devancier, "impressionné" selon ses propres mots par la jeune garde. "Il réalise un très bon championnat d'Europe, avec un très très grande performance contre la Suède", salue Thierry Omeyer, interrogé par LCI, lors de la Soirée des Champions, organisée à l'Insep en début de semaine. 

Gérard, le digne héritier d'Omeyer

En effet, qui est plus à même que le handballeur français le plus titré de l'histoire (dix médailles d'or) pour parler de l'étincelant Gérard ? Personne. Surtout, lorsqu'on s'intéresse aux nombreux points communs que les deux gardiens entretiennent. Bosseurs au caractère bien trempé, ils partagent, en outre, des parcours similaires. Ils ont tous les deux fait leurs gammes au pôle Espoirs de Strasbourg, avant de rejoindre Montpellier puis le PSG, où Gérard remplacera Omeyer. Une façon, pour eux, de boucler la boucle. Tel un passage de témoin entre l'élève et le maître.

Car Omeyer est tout sauf étranger à la prise de pouvoir de Vincent Gérard en équipe de France. Il était là pour accompagner pas à pas son "disciple" durant le long processus devant le propulser dans la peau d'un titulaire indiscutable. Et malgré les obstacles (il a été écarté du Mondial 2015 par Claude Onesta au profit de Cyril Dumoulin), le Mosellan n'a pas baissé la tête. "C'était aussi mon rôle pendant les quatre ans où je l'ai côtoyé, depuis son arrivée en équipe de France, nous confie Omeyer. La force de l'équipe de France, ça a été toujours été cette capacité de bien transmettre, de continuer à enchaîner les résultats même quand des joueurs arrêtent. Les joueurs arrivent se fondent dans le moule petit à petit et derrière, ça apporte des résultats." 

L'après-Gérard est déjà assuré

Et, comme l'indomptable Thierry Omeyer en son temps, Vincent Gérard est un pur produit de ce "passage de témoin" au sein de l'institution française. "On montre qu'on a des individualités fortes avec des jeunes joueurs qui arrivent et sont déjà très performants", juge-t-il, fier du travail accompli. "La qualité de notre formation est quand même à souligner." 

Preuve de l'attachement à cette longévité, les Experts ont déjà préparé le terrain pour l'avenir. Avec Julien Meyer (21 ans), qu'Omeyer a pu "croiser" lors de son dernier stage avec l'équipe de France de handball. "C'est un gardien qui va être aussi amené à avoir une longue carrière en équipe de France." L'avenir s'annonce donc radieux dans les cages des Bleus. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter