Handisport : la performance de nos ingénieurs dans la fabrication de prothèses

Handisport : la performance de nos ingénieurs dans la fabrication de prothèses

Nos athlètes ont encore brillé ce samedi aux Jeux paralympiques de Tokyo avec neuf médailles. Des sportifs qui doivent en partie leurs exploits au soutien d'ingénieurs passionnés. Ce sont eux qui leur fabriquent des prothèses.

Transformer un fauteuil roulant rigide en un fauteuil olympique. David Toupé, joueur de badminton, participe aux jeux paralympiques de Tokyo. Ces bénévoles ont mis toute leur compétence pour lui concevoir un fauteuil performant adapté à sa morphologie. “On fait un gros travail sur le réglage du dossier pour lui amener en fait un maximum de puissance dans son jeu”. Leur entreprise Airbus les autorise à utiliser les machines et les matériaux conçus pour l'aéronautique.

Toute l'info sur

Le WE

Pendant trois ans, une quarantaine d'ouvriers et d'ingénieurs se sont mobilisés. “La relation qu'on a créé avec David est super émotionnelle et c'est ça aussi qui nous motive à travailler sur notre temps perso”. Du matériel qui fait rêver les personnes handicapées. Jérôme a perdu un bras et ses jambes suite à un accident agricole. Depuis 35 ans avec des amis, ils bricolent des prothèses pour lui permettre de pratiquer des activités sportives. “Alors ça, c'est des pieds que j'ai fabriqué pour le ski. Ça c'est une paire de palmes qui est pour la plongée sous-marine"

Dans le handisport, le matériel adapté est souvent inaccessible. “Soit ça n'existe pas, soit ça a des prix qui sont extrêmement élevés”. Pour courir, il lui fallait des lames en carbone. Avec son ami, ils ont donc fait appel à des étudiants de l'École des Mines d'Albi. Le projet scolaire est devenu une start-up. Jérôme teste leur prototype. “La première sensation, c'est juste de pleurer quand t'arrive à courir avec tes gamins. C'est juste du bonheur d'arriver à refaire quelque chose qui paraissait totalement inaccessible il y a encore quelque temps”.

“On veut permettre aux gens qui ne peuvent plus courir se remettre à courir, donc de ne pas investir 5 000€ dans d’une lame qu’ils utiliseront peut-être une fois”, ambitionne Émilie Daguerre. L’étudiante et ses camarades sont en discussion avec une grande chaîne de sport. Ils espèrent pouvoir vendre les lames de course au printemps 2022.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : les militants LR ont préféré le congrès à la primaire pour désigner leur candidat

EN DIRECT - Covid-19 : la France double le nombre de doses qu'elle prévoit de donner aux pays pauvres

Éruption aux Canaries : l'aéroport de La Palma à l'arrêt, des centaines de personnes se pressent dans les bateaux

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

Global Citizen Live : tout ce qu’il faut savoir sur le concert événement diffusé samedi sur TMC

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.