VIDÉO - Le "Mozart de la voile" : 5 choses à savoir sur François Gabart, le prodige qui a pulvérisé le record du tour du monde

DirectLCI
GÉANT DES MERS - Le skipper François Gabart a pulvérisé le record du tour du monde en solitaire en bouclant son périple en 42 j 16 h 40 min soit 6 jours et 10 heures de mieux que le précédent record de Thomas Coville, qui avait parcouru la même distance en 49 jours et 3 heures l'an dernier. Entre son diplôme d'ingénieur, sa passion précoce pour la mer et sa vie de famille, voici cinq choses à savoir sur ce phénomène des océans.

Après 42 jours et 16 heures en mer, le navigateur  François Gabart (Macif), parti le 4 novembre dernier au large d’Ouessant à bord de son maxi-trimaran de 30 m de long et 21 de large, a pulvérisé ce dimanche le record du tour du monde en solitaire, avec plus de six jours d’avance sur le record actuellement détenu par Thomas Coville, qui avait réalisé ce tour du monde en 49 jours et 3 heures l’an dernier. À seulement 34 ans, le natif de Saint-Michel-d'Entraygues, en Charente, a une nouvelle fois établi un record en mer.

Tombé dans la marmite de la voile dès tout petit

Fils d’une magistrate au tribunal d’Angoulême, le petit François va baigner dès l’enfance dans l’univers de la voile, très vite initié par son père Dominique, dentiste de profession et passionné des mers. D’ailleurs, en 1989, alors qu’il n’a que six ans, François Gabart effectue en compagnie de ses parents et ses deux sœurs une traversée de l’Atlantique, le tout en l’espace d’un an et en passant par les Canaries, les Antilles, le Cap-Vert, les Bahamas ou encore les Îles Vierges. Une traversée durant laquelle il montre déjà de nombreuses facilités pour la navigation.

En vidéo

Record du tour du monde en solitaire : l'épopée fantastique de François Gabart

Marin et ... ingénieur

Considéré comme un surdoué des mers, François Gabart ne doit pas son succès au hasard. Loin de là. Diplômé de la prestigieuse école d'ingénieurs de l'INSA, à Lyon, Gabart combine ainsi sa passion pour les océans avec son expertise acquise au cours de son cursus scolaire. Ainsi, pour lui, courir une course comme le Vendée Globe ou encore son tour du monde en solitaire n'est ni plus ni moins qu'une "application" de ce qu'il a "appris à l'école".  "Avec une équipe d'une dizaine de personnes, on a construit un bateau, avec des éléments technologiques très poussés. Quand on navigue, on rencontre aussi des problèmes techniques. Donc il faut savoir pourquoi ça casse, comment réparer" expliquait-il, tout en voulant préserver son "grain de folie" : "Etre marin nécessite d'être capable d'aller vers ces deux extrêmes, de naviguer au feeling dans certaines conditions et, dans d'autres, de se concentrer sur des éléments plus objectifs."

Papa de deux enfants

En plus d'une vie marine très remplie, François Gabart est aussi père de famille. Le skipper est ainsi l'heureux papa d'un petit Hugo, 5 ans, né de sa première union avec son ex-compagne Henriette, dont il s'est séparé et avec qui vit le jeune garçon, et d'un petit Maël, âgé d'à peine cinq mois. Deux enfants qui sont sa principale source de motivation, comme il l'a expliqué dans le JDD : "C'est la plus belle chose qui puisse t'arriver. J'emmène tout ça avec moi sur le bateau. Et ça te fait aller plus vite - ou moins vite, on ne sait pas - mais si tu te sens bien, tu navigues mieux. Je me sers de mes émotions. Elles sont belles et puissantes. Mais elles ne doivent pas aller à l'encontre de ce que j'ai à faire."

En vidéo

Quand François Gabart "frôle" un iceberg !

Des records à la pelle

À seulement 34 ans, le skipper compte déjà un palmarès long comme le bras et des records à n'en plus finir. Dès la fin des années 1990, pendant son adolescence, François Gabart a ainsi cumulé les titres de champion de France d'Optimist (1997), sorte de petit voilier, de champion de Moth Europe (1999), un dériveur léger ou encore champion du monde junior de Tornado - une variété de catamarans - en 2004. S'ensuit une carrière professionnelle fulgurante avec dès 2009 une deuxième place à la Transat Jacques-Vabre en compagnie de Kito de Pavant avant son premier titre majeur avec l'édition 2012-2013 du Vendée Globe, la Route du Rhum en 2014 avant un nouveau titre de la Transat Jacques-Vabre, conclue en 12 jours, 17 heures, 29 minutes et 27 secondes avec Pascal Bidégorry.

Un skipper connecté

Comme un jeune homme de son âge, 34 ans, François Gabart se sert énormément des moyens technologiques mis à sa disposition. Avec près de 27.000 abonnés sur Twitter et 16.500 abonnés sur Instagram, le skipper ne manque pas de tenir informés ceux qui le suivent. Depuis début novembre et son départ au large d'Ouessant, le jeune homme aux cheveux blonds et aux yeux bleus poste de nombreuses photos du quotidien de ses aventures en mer, souvent sur un ton humoristique.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter