VIDEO - Macron aux "Battantes", championnes du monde de hand : "Pas question qu'on ne gagne pas l'Euro 2018"

DirectLCI
HONNEURS - Médaille d'or autour du cou, les championnes du monde de handball ont été reçues ce lundi soir à l'Elysée par Emmanuel Macron. Le chef de l'Etat leur a donné rendez-vous pour les prochaines échéances, notamment l'Euro 2018 qui aura lieu en France.

"Cette victoire, je n'y suis pour rien, qu'il n'y ait pas de malentendus", lance, espiègle, Emmanuel Macron. L'ambiance est potache ce lundi soir à l'Elysée pour célébrer la victoire des handballeuses françaises aux championnats du monde. Une victoire avec l'art et la manière, d'autant qu'elle a été remportée sur la Norvège, la grande nation du handball féminin qui battait tout le temps la France.


"Ce que vous avez fait est inédit", poursuit Emmanuel Macron, saluant "un collectif de femmes hors du commun, qui ont chacune leur histoire, et qui ont montré un visage d'une grande solidarité". "C'est un formidable exemple", a-t-il lancé, en insistant sur le rôle de "modèle" des joueuses. 

En vidéo

Victoire et sacre de Championnes du Monde pour l'équipe française féminine de handball

Médaille d'or au cou et baskets aux pieds, les handballeuses étaient arrivées dans la cour de l'Elysée peu après 20h15 avec à leur tête leur entraîneur Olivier Krumbholz, qui portait le trophée dans ses bras. Elles ont ensuite posé sur les marches pour une photo de groupe en compagnie du président, de sa femme Brigitte et de la ministre des Sports Laura Flessel. 


Lors de cet hommage officiel, le chef de l'Etat n'a pas manqué de se projeter déjà vers l'Euro 2018 qui se déroulera en France en fin d'année prochaine. "Cette médaille ne pouvait pas mieux tomber parce qu'il se trouve qu'en 2018, on vous a préparé une échéance", a lancé Emmanuel Macron. "Je vous le dis tout de suite, et c'est pour ça que je voulais vous voir, il n'est même pas question qu'on ne le gagne pas", a-t-il déclaré, tout sourire. 

Ça fait plaisir, c'est une forme de reconnaissanceLe sélectionneur, Olivier Krumbholz

"Ça fait plaisir, c'est une forme de reconnaissance", a ensuite réagi le sélectionneur, déjà champion du monde en 2003, devant la presse. "Il nous a mis la pression (pour l'Euro 2018, ndlr) et il a eu raison." "On a ressenti beaucoup de fierté. Il a eu des mots chaleureux envers nous. On pense bien sûr à l'Euro mais pour le moment, on a envie de profiter de ce titre", a ajouté l'ailière Allison Pineau, essentielle à la victoire de dimanche.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter