VIDÉO - "Inacceptable" : Romain Grosjean accidenté à cause d'une bouche d'égout sur le GP de Malaisie

DirectLCI
FORMULE 1 - Lors des essais du Grand Prix de Malaisie, qui se déroule dimanche à Sepang, le pilote français de l'écurie Hass a été victime d'un accident rarissime en F1 et surtout très inquiétant : dans un virage, le pneu arrière droit de la monoplace de Romain Grosjean a éclaté sur une grille d'égout du circuit descellée...

Alerte sur la piste de Sepang. Après l'accident de Romain Grosjean (Hass) vendredi, toutes les bouches d'égout du circuit malaisien, où se dispute ce week-end le 15e Grand Prix de la saison de F1, vont être inspectées suite à l'accident vendredi du Français ont annoncé les organisateurs. "Nous allons refaire les scellés quand ce sera nécessaire et nous vérifierons tout ce soir (vendredi, ndlr). Le problème doit être réglé demain (samedi, ndlr", pour les essais libres 3 puis les qualifications, a délcaré le directeur de course, Charlie Whiting. 


La bouche d'égout en question, située sur un vibreur à l'intérieur du virage N.9, s'est décrochée après les passages très rapprochés des monoplaces de Valtteri Bottas (Mercedes) et Kimi Räikkönen (Ferrari), probablement du fait de la puissance accrue en courbe des monoplaces de 2017. Quelques secondes plus tard, Grosjean a à son tour roulé dessus, ce qui a provoqué l'éclatement de son pneu arrière droit. Parti en tête-à-queue à plus de 200 km/h, il a heurté les barrières et endommagé grandement sa monoplace. 

Je vais bien et c'est l'essentielRomain Grosjean

"Je n'ai rien vu et, d'un coup, j'ai senti un choc au niveau de l'arrière droit et je suis parti en tête-à-queue, a-t-il commenté. Je pense que l'équipe pourra faire les réparations nécessaires. Je vais bien et c'est l'essentiel." Interrompue peu après une heure suite à cet incident, la deuxième séance d'essais libres n'a pas repris. Plusieurs figures du paddock, à commencer par l'Australien de Red Bull Daniel Ricciardo et son patron Christian Horner ont appelé face à la presse à la vérification des bouches d'égout.

De son côté, le directeur de Hass, Gunther Steiner, n'a pas mâché ses mots en conférence de presse : "Selon moi, des choses pareilles ne devraient pas arriver en 2017 sur un circuit permanent. Elles ne devraient arriver sur aucun circuit. Ça n'est pas acceptable, pas à la hauteur de nos standards. En course, cela aurait pu être beaucoup plus grave."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter