VIDÉO - Vendée Globe 2016 : quand les skippers apprennent à se suturer eux-mêmes

DirectLCI
MÉDECINE - Début novembre prochain, les 29 skippers du Vendée Globe s'élanceront en pleine mer pour un tour du monde en solitaire et sans escale. Pendant plusieurs mois, ils ne pourront compter que sur eux-mêmes, et les accidents ne sont pas rares.

Passer plusieurs mois seul, en plein océan, seul sur des voiliers considérés comme des Formule 1 des mers, peut comporter quelques risques. Yann Eliès l'a appris à ses dépens quand, en 2008, pendant le Vendée Globe, il se brise le fémur au large des côtes australiennes et doit attendre les secours pendant 36 heures.

Quand ce sera en mer, ce sera plus facileLaure Jacolot, médecin

Pour préparer l'édition 2016 du Vendée Globe, les 29 skippers qui se préparent à faire le tour du monde en solitaire et sans escale se forment donc en prenant quelques cours de médecine.


À deux mois du départ, prévu début novembre, des médecins apprennent aux concurrents à se poser eux-mêmes des agrafes sur une plaie ouverte, ou à se faire une piqûre en intraveineuse.

"Je ne pensais pas que j'arriverai à le faire", avoue Yann Eliès après s'être fait lui-même une piqûre. "Ca permet de démystifier l'acte de se piquer."


Laure Jacolot, médecin urgentiste, a confiance en ces marins expérimentés : "Quand ce sera en mer, ce sera plus facile, puisque dans un contexte de stress, on fait plus de choses qu'ici."


En 1992, Bertrand de Broc, a dû, lui, se recoudre la langue sur son bateau. Un médecin l'avait alors aidé à distance, ce qui est autorisé par le réglement. Mais qui est plus facile à expliquer qu'à faire. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter