L'affaire Vincent Lambert : un interminable déchirement

  • EMBLÉMATIQUE • Le cas de Vincent Lambert est devenu le symbole des débats autour de l’acharnement thérapeutique et de la fin de vie. Cet ancien infirmier psychiatrique de 42 ans est tétraplégique et dans un état végétatif depuis un accident de voiture en 2008. Alors que le CHU de Reims avait engagé en 2013 un protocole d’arrêt des soins, ce dernier n’a toujours pas pu aboutir.

  • BATAILLE JUDICIAIRE • La famille de Vincent Lambert se déchire sur son sort. D’un côté, le camp de son épouse Rachel, rassemblant également plusieurs frères et soeurs et son neveu François. Ils soutiennent que Vincent Lambert avait "clairement" indiqué ne pas souhaiter d'acharnement thérapeutique. De l’autre, ses parents, fervents catholiques, et d’autres frères et soeurs, s’opposent catégoriquement à l’arrêt des soins et multiplient les recours.

  • COUP DE THÉÂTRE • Malgré la saisine d’un comité de l'ONU sur les droits des personnes handicapées, non contraignant pour la France, le médecin traitant annonce à la famille un l’arrêt des traitement à partir du 20 mai 2019. Coup de théâtre quelques heures après le début de la procédure : la cour d’appel de Paris ordonne le rétablissement des traitements pour une durée de six mois en attendant que le comité de l'ONU se prononce sur le fond.

Chronologie