L'affaire des bébés nés sans bras ou sans main

L'affaire des bébés nés sans bras ou sans main

  • ANOMALIES • La détection ces dernières années de plusieurs cas de bébés nés malformés dans des périmètres restreints suscite l’inquiétude. Une enquête de l’agence Santé publique France est alors menée. Si celle-ci conclut, sans en identifier la cause, à un excès de cas en Bretagne et en Loire-Atlantique, la situation est d’abord jugée normale dans l’Ain.

  • REGISTRE • Les conclusions de l’enquête pour l’Ain sont contestées par le Remera, structure basée à Lyon qui avait donné l'alerte pour ce département. C'est l'un des six registres des malformations congénitales de France. Sa directrice générale, l'épidémiologiste Emmanuelle Amar, accuse Santé publique France d’erreurs de méthodologie.

  • ENQUÊTE NATIONALE • Qualifiant l’absence de réponse d’"insupportable", les ministres de la Santé et de l'Ecologie diligentent une nouvelle enquête, dont les résultats sont attendus fin janvier 2019. 11 cas supplémentaires sont à l'étude dans l'Ain. Une enquête va désormais être lancée dans toute la France.

Chronologie