Gérard Collomb, le ministre qui a forcé sa démission

Gérard Collomb, le ministre qui a forcé sa démission

  • COLLOMB FASCINÉ • Il fallait avoir de l'imagination, au début du quinquennat, pour penser que Gérard Collomb démissionnerait avec fracas du gouvernement, près de 17 mois plus tard. Et pourtant, c'est un fait, Gérard Collomb, fidèle parmi les fidèles d'Emmanuel Macron, a quitté son poste de ministre de l'Intérieur après une séquence politique assez folle.

  • COLLOMB LASSÉ • La séquence débute début septembre, avec une interview à BFMTV où Gérard Collomb égratigne le "manque d'humilité" de l'exécutif. Deux semaines plus tard, dans une interview à L'Express, il annonce sa démission... dans quelques mois, pour mener la bataille municipale dans sa ville de Lyon, dont il a été le maire entre 2001 et 2017.

  • COLLOMB PARTI • Éreinté par l'opposition, qui lui reproche de n'être déjà plus à sa tache, Gérard Collomb finit, le 2 octobre, par proposer sa démission à Emmanuel Macron, qui la refuse. Une annonce faite dans une interview au Figaro. C'est dans ce même média qu'il reformule sa proposition dès le lendemain. Cette fois, Emmanuel Macron accepte, mais précise que le démissionnaire est attendu au conseil des ministres du 3 octobre. Une attente finalement caduque, puisque la démission est officiellement acceptée dans la nuit du 3 au 4. C'est Edouard Philippe assure l'intérim de Gérard Collomb.

Chronologie