Procès des perquisitions de la France insoumise

  • Incidents en vidéo • Mardi 16 octobre 2018 des perquisitions ont lieu dans les locaux de la France insoumise et chez plusieurs membres du mouvement, dont Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier filme et dénonce l’opération à son domicile en direct sur Facebook live. Des incidents opposent ensuite le leader politique, ses lieutenants et des militants, d'un côté, et des policiers et un magistrat de l'autre, au siège du mouvement.

  • Mélenchon dénonce une “police politique” • Ces perquisitions se tiennent dans le cadre de deux enquêtes préliminaires visant le parti pour des soupçons d'emplois fictifs au parlement européen. La controverse, à peine calmée par le mouvement des Gilets jaunes, poursuit le mouvement depuis, Jean-Luc Mélenchon dénonçant de son côté une vindicte à son égard, et accusant le pouvoir macronien d'être à l'origine de cette procédure.

  • Suite judiciaire • Pour leur attitude lors de la deuxième perquisition, Jean-Luc Mélenchon, plusieurs députés et l'attachée de presse du mouvement sont poursuivis pour obstruction à la justice, rébellion et intimidation. Alors que la perquisition, filmée en intégralité par Quotidien, montre une ambiance plus sereine que les premières images ne le laissaient suggérer, le leader insoumis ne s'en voit pas moins requérir trois mois de prison avec sursis et 8000 euros d'amende contre lui.

Chronologie