L’affaire Richard Ferrand

  • MIS EN EXAMEN • Après une audition de 15 heures, le président LaREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a été mis en examen pour "prise d'intérêts illégales" dans l'affaire des Mutuelles de Bretagne le jeudi 12 septembre 2019. Il s'est dit "serein sur l'issue de la procédure, au regard du classement sans suite de l'ensemble des griefs de la première plainte" en octobre 2017, "d'autant plus qu'aucun élément nouveau n'a été versé à ce dossier dans lequel il n'y ni préjudice ni victime".

  • LOCATION DOUTEUSE  • Richard Ferrand est soupçonné d'avoir permis à la société civile immobilière (SCI) de sa compagne d'emporter un marché immobilier en 2011 lors de la location d'un local commercial par les Mutuelles de Bretagne, dont il était alors le directeur général. Or cette SCI n'existait pas encore légalement et n'était pas encore propriétaire des surfaces proposées.

  • SOUTIEN DE L'ÉLYSÉE ET DES ÉLUS • Soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, le quatrième personnage de l'État a reçu le soutien du président de la République. "Richard Ferrand dispose de toute la confiance du président", a affirmé la présidence de la République à LCI, tout en rappelant le principe de séparations des pouvoirs. De son côté, la majorité présidentielle est montée au créneau pour défendre Richard Ferrand tout en expliquant qu'il n'y avait pas de raisons qu'il démissionne du perchoir.

Chronologie