L'Australie dévorée par les flammes

  • TERRE PROPICE • Depuis le mois de septembre, le géant océanien est en proie à de violents incendies. D'abord concentrés à l'Ouest puis au Centre, ils se sont ensuite décalés à l'Est, notamment en Nouvelle-Galles du Sud, son Etat le plus peuplé. Des départs de feu particulièrement précoces, favorisés par la multiplication des périodes de sécheresse, des températures supérieures à 40° et les 800.000 km² de "bush", cette végétation australienne aussi aride que huileuse, qui favorise sa propagation.

  • BILANS RAVAGEURS • Huit millions d'hectares de végétation sont partis en fumée, tandis que 24 personnes ont trouvé la mort, des dizaines étant portées disparues. Un autre chiffre démentiel circule, celui de 500 millions, comme le nombre d'animaux à avoir péri, dévorés ou calcinés par les flammes.

  • CONSÉQUENCES • Outre les évacuations de dizaines de milliers de personnes du fait de l'état d'urgence, ces incendies dégagent des fumées d'une couleur ocre qui embrument et polluent l'atmosphère. La ville de Camberra a été ainsi classée ville la plus polluée du monde, devant New Dehli. Ces nuages de fumée, outre la nocivité des particules fines dégagées pour la santé, ont également parcouru plus de 2000 kilomètres, jusqu'à se déposer sur des glaciers de Nouvelle-Zélande, faisant craindre une accélération de leur fonte.

Chronologie

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent