L'abandon de Hollande

L'abandon de Hollande

  • Une popularité au sous-sol  • François Hollande a été un président sans état de grâce, peinant à réunir 30% d'opinions positives. Seuls ses entrées en guerre et les attentats de janvier et de novembre lui auront offert quelques sursauts populaires. Le président en est conscient et anticipe déjà : "Pas de candidature si elle ne pouvait pas se traduire par une possibilité de victoire".

  • Une légitimité contrastée  • S'il se représente, il ne le dira qu'au dernier moment, fin 2016, alors que la primaire du PS et de ses alliés se déroulera les 22 et 29 janvier. De quoi laisser encore un peu de temps pour que la courbe du chômage s'inverse, même si les chiffres d'avant-crise ne pourront pas être atteints.

  • Le renoncement final  • Avec pareille contestation, François Hollande a longuement hésité avant de prendre sa décision. Les sondages le laissant en 5e position au premier tour, il prend la décision, jeudi 1er décembre, de ne pas se présenter... pour mieux favoriser Manuel Valls ?

Chronologie