La polémique autour du burkini

La polémique autour du burkini

  • Un parc aquatique privatisé  • Au milieu de l'été, des élus FN et LR se déchaînent sur la publicité d'une association pour une journée dans un centre aquatique près de Marseille. Les participantes sont invitées à y porter le burkini, tenue de bain utilisée par certaines musulmanes, couvrant le corps, exceptés les mains et le visage.

  • Premières interdictions  • La polémique s'étend, entre ceux qui crient au communautarisme islamique et ceux qui regrettent la stigmatisation des musulmans. Après que des tensions communautaires dégénèrent en violente rixe, à Sisco, en Corse, la mairie de Cannes publie un arrêté anti-burkini pour éviter des troubles à l'ordre public. En quelques jours, une trentaine de maires font de même.

  • Quelles suites ?  • Les porteuses de burkini s'exposent désormais à 38 euros d'amende, tout comme les femmes portant le hijab. Mais le 26 août, le Conseil d'Etat a invalidé l'arrêté anti-burkini de Villeneuve-Loubet, une des communes prohibitionnistes. Depuis, ville après ville, les arrêtés tombent de Nice à Cannes en passant par Le Touquet... sauf à Sisco.

Chronologie