Le scandale du glyphosate

  • La seule alternative des agriculteurs - Ce désherbant, longtemps connu à travers le Roundup, produit phare de la firme américaine Monsanto, est utilisé par les agriculteurs européens depuis plusieurs dizaines d'années. Depuis plusieurs mois, le ministre de l'Écologie Nicolas Hulot milite pour que le glysophate soit interdit en Europe. Une position très contestée par les agriculteurs qui explique n'avoir aucune alternative en cas d'interdiction.

  • "Cancérogène probable" - En mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer, rattaché à l’OMS, classait le glyphosate dans la catégorie "cancérogène probable" pour l’homme. Ces conclusions ont rapidement été infirmés par plusieurs agences européennes. L'Autorité européenne de sécurité des aliments a notamment jugé "improbable" le caractère cancérigène de l’herbicide.

  • Imbroglio à Bruxelles - La licence d'exploitation du glyphosate doit arriver à expiration en décembre prochain mais depuis 2016, les 28 états membres de l'Union Européenne sont incapables de se mettre d'accord pour voter ou non son renouvellement. En mars 2016, la Commission Européenne avait exceptionnellement prolongé la licence du glyphosate de 18 mois afin de se laisser le temps de la réflexion. Le 25 octobre 2017, la Commission Européenne a à nouveau repousser le vote pour renouveler la licence de l'herbicide, faute d'accord...