Monsanto lourdement condamné

  • AMENDE MONSTRE • Le géant des pesticides, connu pour son produit-phare, le Roundup, a été condamné vendredi 10 août par Dewayne Johnson, ancien jardinier californien atteint d'un cancer incurable attribué à sa trop longue exposition au glyphosate, la principale molécule du Roundup. La firme, qui a fait appel, doit lui verser 254 millions de dollars pour ne pas l'avoir prévenu des risques cancérogènes du produit.

  • MOBILISATION • Après cette décision, le géant des pesticides a aussitôt décidé de faire appel, jugeant que le tribunal avait "tort", citant des études désapprouvant l'idée d'une corrélation entre l'exposition au glyphosate et les risques de cancer. Des études que le groupe est accusé d'avoir financé pour aller dans son sens.

  • LA FRANCE EN "GUERRE"  • La décision connue, les milieux écologiste ont bondi sur l'occasion pour appeler à l'interdiction du glyphosate en France. Pas une mince affaire, sachant que l'Union européenne, malgré l'opposition de la France, a reconduit l'autorisation du glyphosate pour les cinq prochaines années. La France, elle, s'est engagé à l'interdire d'ici trois ans, mais la proposition visant à l'inscrire dans la loi a été rejetée par l'Assemblée. Ce qui n'empêche pas le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot de se déclarer "en guerre" contre les pesticides.