Mort d'Adama Traoré

  • Une interpellation qui vire au drame  • Le 19 juillet à Beaumont-sur-Oise, Adama Traoré est poursuivi par des gendarmes, alors que ces derniers cherchent à arrêter son frère. Le jeune homme est immobilisé par les gendarmes, qui usent de leur poids pour le neutraliser, alors que ce dernier leur dit avoir "du mal à respirer". Installé à l'arrière d'un fourgon, il meurt asphyxié sur le chemin.

  • Emeutes et mobilisation  • Les proches u défunt dénoncent une "bavure" policière. Les marches blanches alternent avec les nuits de manifestations violentes, sur fond de dénonciation du racisme de la police. Jusqu'à trouver un écho aux Etats-Unis, où la ressemblance avec le mouvement "Black lives Matter" interpelle.

  • Embrasement médiatique  • Pour expliquer la mort du jeune homme, le procureur en charge, déchargé de l'affaire depuis, évoque d'abord "une infection très grave", que la présence de stupéfiants dans son sang aurait aggravée. Une version niée par la famille Traoré, qui incrimine la rudesse de l'interpellation. La défense a déposé deux plaintes contre les gendarmes.

Chronologie