Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

  • EMPOISONNÉ • Le 4 mars, la police britannique découvre un homme et sa fille inconscients sur un banc à Salisbury (Angleterre). Rapidement, ils identifient l’homme comme étant Sergueï Skripal, ex-espion russe condamné en 2006 à 13 ans de prison en Russie pour avoir fourni des informations aux Britanniques. Avant d’être relâché dans le cadre d’un échange de prisonniers.

  • MOSCOU SOUPÇONNÉ • Les regards se tournent rapidement vers la Russie. Notamment en raison du mode opératoire : le poison utilisé est un agent innervant du type “Novitchok”, conçu par les scientifiques soviétiques dans les années 70-80.

  • CRISE DIPLOMATIQUE • Moscou nie rapidement toute implication. Mais la Première ministre britannique, Theresa May, pointe sa culpabilité et annonce des sanctions, dont l’expulsion de 23 diplomates russes. Paris, Washington et Berlin affichent leur soutien à la position de Londres et la tension monte d’un cran avec le régime de Vladimir Poutine.

Chronologie