Migrants : l'UE évite la crise politique

Migrants : l'UE évite la crise politique

  • INTRANSIGEANCE ITALIENNE • Depuis son entrée en fonctions début juin, le nouveau gouvernement italien se montre très ferme sur les questions d'immigration. Le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, refuse notamment de laisser les bateaux de migrants accoster sur ses côtes, comme ce fut le cas avec l'Aquarius puis avec le Lifeline. Cette politique italienne a créé une mini-crise diplomatique, avec notamment la France.

  • POPULISMES • Outre l'Italie, plusieurs pays d'Europe de l'Est (République tchèque, Pologne, Hongrie, Slovaquie), souvent dirigés par des populistes, refusent d'accueillir des migrants. Ils se heurtent à l'Allemagne –où Angela Merkel doit faire face aux critiques de son ministre de l'Intérieur- et à la France, qui demandent à chacun de prendre sa part de responsabilités.

  • UN ACCORD AU FORCEPS • Lors du sommet de Bruxelles, un accord a finalement été trouvé le 29 juin : des centres d'accueil pour migrants seront installés sur le sol européen. Chaque pays de l'UE pourra le faire sur la base du volontariat.

Chronologie