Météo des taux de crédit immobilier : stabilité de mise

Météo des taux de crédit immobilier : stabilité de mise

AVEC
DirectLCI
Aucune hausse des taux significative n’a été observée durant l’été 2017, et la rentrée s’annonce très calme, ce qui réjouira les acquéreurs…

Selon les notaires de France, les volumes de transactions immobilières ont atteint un record à 907.000 ventes sur 12 mois glissant (mai 2016/mai 2017) contre 824.000 un an plus tôt. Un seuil qui n’avait jamais été atteint ! Ce boom des transactions est largement dû à la sagesse des taux de crédit, dont la modicité soutient le pouvoir d’achat immobilier d’acquéreurs malmenés par la remontée des prix au m². Cette situation devrait se perpétuer tout au long de cette rentrée. Traditionnellement les banques remontent leurs taux durant l’été pour arrondir leurs marges. Rien de pareil ne s’est produit cette année et rien ne pointe en ce mois de septembre. 


Fin août, les taux fixes à 15 et 20 ans s’inscrivaient en moyenne autour de 1,50 et de 1,70%. Avec un bon dossier, il était même possible de s’endetter sur ces durées à des conditions respectives de 1,40 et 1,60%. Ces conditions sont pratiquement identiques à celles du mois de juillet. Seuls les taux à 25 ans ont eu tendance à monter légèrement. En moyenne, ils se situent vers 1,90%. Les acquéreurs disposant d’un apport confortable ou dont le profil professionnel intéresse les banques peuvent cependant emprunter sur cette durée à 1,80%, voire moins.  


De leur côté, les banques en ligne ont joué la carte de la stabilité, voire même de la baisse durant la période estivale. ING direct a réduit son taux d’appel à 15 ans pour les emprunteurs domiciliés à ses guichets. BforBank a rogné ses taux de quelques points de base sur les durées de 7 ans, 10 ans et 25 ans, mais les a relevés sur 15 ans et 20 ans. Fortuneo a fait un geste sur les prêts à 10 ans et 25 ans. Enfin, Boursorama a opté pour la stabilité. 


Les efforts fait par certains établissements sur les taux à 20/25 ans sont profitables, car la durée des prêts augmente : en juillet, selon l’observatoire Crédit Logement-CSA, elle s’établissait en moyenne à 244 mois dans le neuf et à 230 mois dans l'ancien. Cette durée d’emprunt s’est encore allongée depuis la fin 2016. Les emprunteurs étalent leur effort de remboursement pour compenser la hausse des prix.  


En septembre, aucune hausse significative des taux de crédit immobilier n’est attendue. En effet, les taux directeurs des banques centrales qui influencent les conditions faites aux particuliers sont bas et devraient le rester. En août, le Conseil de gouvernance de la BCE a indiqué s’attendre à ce que "les principaux taux d'intérêt de la BCE se maintiennent à leur niveau actuel pour une période prolongée". De son côté, la FED, qui a déjà relevé ses taux à 2 reprises en 2017 semble hésiter à leur donner un nouveau coup de pouce en décembre en raison de la modicité de l’inflation américaine. Dans ce contexte, même si les taux à 15 et à 20 ans restent les plus exposés, l’année 2017 devrait se terminer sur une note positive pour les emprunteurs qui font jouer la concurrence.

La Chaîne Immobilière vous est présentée par CENTURY 21

Plus d'articles

Sur le même sujet