Les ampoules à LED sont-elles dangereuses ?

Les ampoules à LED sont-elles dangereuses ?

AVEC
DirectLCI
Selon une étude publiée par l'INSERM en 2017, la lumière bleue émises par les ampoules LED serait nocive pour la rétine…

A chaque fois qu’ils actionnent l’interrupteur, les consommateurs équipés de lampes LED s’acheminent-ils vers une possible cécité ? En 2005, la Commission européenne a imposé l'abandon des ampoules à incandescence, énergivores, et leur remplacement par des ampoules LED, plus économes.  L’ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) les recommande pour la plupart des usages et estime qu’elles représenteront 61% de l’éclairage domestique des bâtiments à horizon 2020.


Promues par les pouvoirs publics, les ampoules LED sont considérées comme la relève écologique des modèles fluocompactes en raison de leur excellent rendement énergétique, de leur éclairage instantané et de leur longue durée de vie : environ 40.000 heures contre 8000 pour une fluocompacte. 

La lumière bleue en cause

Une étude de l’INSERM vient toutefois de jeter un trouble sur le règne annoncé de ce type d’éclairage en raison de la toxicité potentielle de la lumière bleue émise par certaines LED. Sans entrer dans le détail, il faut retenir que les ampoules LED (Light Emitting Diodes) utilisent des diodes électroluminescentes émettant de la lumière quand elles sont parcourues par un courant électrique. Elles créent de la lumière blanche en combinant des lumières bleue et jaune. Or, les rayons correspondant à la lumière bleue sont plus énergétiques que les autres, rappelle l’INSERM.  


Des tests effectués sur des rats exposés à cette lumière bleue font ressortir une nuisance supérieure à celle d’autres technologies d’éclairage, surtout en cas d’exposition prolongée à de très forts niveaux (6000 lux). La lumière bleue serait particulièrement nocive chez les enfants et les personnes déjà atteintes de dégénérescence maculaire (DMLA). Au pire, elle serait susceptible d'entraîner un vieillissement prématuré de la rétine.


Ces soupçons ne sont pas nouveaux : dans un avis publié fin 2010, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) mettait déjà en garde contre certaines lampes émettant un rayonnement bleu. L’Agence déconseillait d’utiliser des lampes à forte lumière bleue dans les lieux fréquentés par les enfants ou dans les objets qu’ils utilisent : veilleuses, jouets, afficheurs lumineux, consoles et manettes de jeu, etc. De même, elle préconisait de diminuer la luminance des LED, notamment en utilisant des dispositifs optiques ou des luminaires adaptés, pour limiter les risques d’éblouissement. Enfin, afin de limiter ces derniers, l’Anses recommandait que seuls les LED appartenant à des groupes de risques similaires à ceux des éclairages traditionnels soient accessibles au grand public.

Bannir les ampoules à LED ?

Si l’enquête de l’INSERM confirme les présomptions contre les effets néfastes de cette lumière bleue, faut-il pour autant refuser ce type d’éclairage ? Non. Tout d’abord parce que de nombreuses lampes à LED émettent une lumière blanche, considérée sans danger pour les yeux.  A l’achat il faut donc privilégier l’achat de lampes LED de nouvelle génération, dont les couleurs plus chaudes, sont proches d'un éclairage naturel.


Ensuite, parce que comme l’étude de l’INSERM le précise, de nombreux facteurs participent à la dégénérescence maculaire, comme le diamètre des pupilles, la forme du visage, la fréquence et l'intensité lumineuse, mais aussi l'âge et la couleur de l'iris, etc… Enfin, parce que, selon les spécialistes, les résultats effectués sur les rats ne sont pas directement transposables sur l'œil humain. 

La Chaîne Immobilière vous est présentée par CENTURY 21

Plus d'articles

Sur le même sujet