"La situation du marché locatif se dégrade"

"La situation du marché locatif se dégrade"

Avec
DirectLCI
Le marché de la location est tendu avec une offre qui se fait de plus en plus rare notamment dans les grandes agglomérations et particulièrement dans la capitale où les bailleurs se tournent de plus en plus vers la location saisonnière. Entretien avec Julien Batisse, Group Manager Gestion Immobilière chez Century 21 France.

La Chaine Immobilière : comment le marché locatif se porte-t-il en cette fin d’année 2017 ? 


Julien Batisse : Sans propriétaire il n’y a pas de locataire et force est de constater que la situation se dégrade, notamment à Paris. Les contraintes y sont devenues si fortes que certains bailleurs en viennent à se tourner vers la location saisonnière, moins contraignante que la location traditionnelle. Au fil du temps, l’offre se raréfie et le parc est en train de s’assécher. Le rendement locatif est désormais inférieur à 2%. Nous sommes confrontés à une problématique de l’offre qui est déjà en train de se retourner contre les familles et les moins fortunés. Exactement l’inverse de ce qui est recherché par les pouvoirs publics.

 

Quelle est la situation dans les métropoles de province ?


JB : Dans les métropoles dynamiques comme Lille, Bordeaux ou Montpellier le marché est tendu, les prix sont moins élevés qu’à Paris, ce qui permet aux bailleurs de dégager un rendement de + ou -  5%. Ailleurs, la situation est mitigée. Il y a tout de même des villes de taille moyenne ou les propriétaires parviennent encore à tirer leur épingle du jeu avec un rendement locatif qui peut dépasser 6 à 7%. C’est par exemple le cas à Drancy, Beauvais, Maubeuge.


L’apparition d’un bail mobilité est-il une bonne chose ?


JB : oui, sur le principe le fait de créer un bail d’une durée de 1 à 10 mois répond à une réalité du marché. Il faudra étudier le détail du dispositif et notamment s’assurer de son éligibilité au système « Visale » qui garantit le paiement des loyers. Concrètement le bail mobilité concernera essentiellement les studios et les petits deux-pièces où le turn-over est déjà important, de l’ordre de 25%.


Quel type de biens conseillez-vous d’acheter à une personne qui veut investir sur le marché locatif ?


JB : tout dépend des objectifs patrimoniaux de cet investisseur. De façon générale, mieux vaut s’intéresser aux logements de deux à trois pièces, où le turn over est moins important qu’avec les petites surfaces.  L’investissement "Pinel" peut aussi présenter de bonnes opportunités à condition d’aller voir sur place si la qualité d’emplacement de l’immeuble est satisfaisante. Il faut éviter les endroits mal desservis par les transports en commun et éloignés de tout.

La Chaîne Immobilière vous est présnetée par CENTURY 21

Plus d'articles

Sur le même sujet