"24: Legacy" : le reboot de "24h Chrono" pose un problème politique à l'Amérique de Trump

"24: Legacy" : le reboot de "24h Chrono" pose un problème politique à l'Amérique de Trump

CRITIQUE - La Fox a profité sur Super Bowl pour diffuser le premier épisode de "24: Legacy", le reboot de "24h Chrono", sans Jack Bauer. Une case horaire qui lui permet une exposition massive, mais qui pose problème au niveau politique. LCI a vu cette nouvelle version décevante de la série d'action.

L'univers de 24h Chrono faisait son grand retour, ce dimanche 5 février, trois ans après 24: Live Another Day, la dernière mission événement de Jack Bauer. Si 24: Legacy change de héros, les mécaniques restent les mêmes, sans l'inventivité et le bouleversement qu'était la première série . Après Kiefer Sutherland, c'est Corey Hawkins qui prend le relais, en incarnant Eric Carter, un ancien agent des Forces Spéciales qui reprend du service alors qu'une menace terroriste imminente plane sur les Etats-Unis. Il demande de l'aide à Rebecca Ingram (Miranda Otto), ancienne boss de l'Unité Anti-Terroriste, après la mort d'un de ses anciens camarades de combat. 

Carter vit aujourd'hui une vie paisible avec sa femme Nicole (Anna Diop), après une mission suicide au Moyen-Orient pendant laquelle Ibrahim Bin-Khalid, un ersatz de Ben Laden et chef d'une cellule terroriste, a été tué. L'arrivée de survivants de ce raid, sur le sol américain, redistribue les cartes. Une intrigue plutôt basique pour une série thriller et d'action et qui s'inscrit parfaitement dans l'univers de 24. Mais le timing et l'aspect politique de cette nouvelle série posent de véritables problèmes à l'heure d'une Amérique dirigée par Donald Trump.

Une intrigue politique dépassée

L'épisode débute dans une maison américaine, dans laquelle une famille est tenue en otage par ces fameux terroristes survivants. À la recherche d'un coffre-fort qu'ils ne trouvent pas, ils torturent et massacrent le couple et leurs enfants. Cette scène a été vue par des millions d'Américains - probablement plus de 20 millions, comme chaque programme  diffusé après Super Bowl - et arrive dans un contexte délicat. Le 27 janvier dernier, Donald Trump signait un décret interdisant aux ressortissants musulmans de plusieurs pays, d'entrer aux Etats-Unis. S'il a depuis été temporairement bloqué par le juge fédéral James Robart, les conséquences sont désastreuses. 

En vidéo

Super Bowl : victoire de New England et show de Lady Gaga

L'ostracisme dont fait preuve le nouveau président des Etats-Unis ne fera que marginaliser toutes les communautés musulmanes et les mettre un peu plus à l'écart d'une société qui a déjà bien du mal à les accepter. Cette scène de 24: Legacy en particulier et tout ce qui va en découler au cours des 13 épisodes de cette nouvelle version n'est plus adaptée à l'époque actuelle, et ne peut que renforcer la peur instaurée par les idées et les décisions du leader américain. 

24: Legacy n'est au final qu'une pâle copie de 24h Chrono, sans le charisme de Kiefer Sutherland et Jack Bauer, sans son innovation et surtout politiquement douteux et dangereux. Si Corey Hawkins s'en sort plutôt bien pour mener à bien la mission qui lui est donnée, il ne peut sauver du naufrage cette nouvelle version de la série d'action. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Présidentielle 2022 : pourquoi Eric Zemmour taxe-t-il Marine Le Pen de "femme de gauche" ?

En plein conflit sur les licences de pêche post-Brexit, deux navires britanniques verbalisés en baie de Seine

Tir mortel d’Alec Baldwin : nouvelles révélations sur la jeune armurière Hannah Gutierrez Reed

Dans le Gard, le geste héroïque d'un élève de 9 ans pour sauver son camarade de l'étouffement

Covid-19 : un antidépresseur déjà sur le marché efficace pour réduire les hospitalisations ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.