"24h aux urgences" sur TF1 : plongez au coeur du CHU de Poitiers

"24h aux urgences" sur TF1 : plongez au coeur du CHU de Poitiers

DirectLCI
DOCUMENTAIRE - C'est parti pour la saison 2 de "24h aux urgences". Dès jeudi 20 février à 23h50, TF1 proposera aux téléspectateurs de découvrir le quotidien du service des urgences du CHU de Poitiers. Frédérick Lacroix, producteur de l'émission, dévoile les dessous de cette nouvelle édition à Metronews.

Un service des urgences comme vous ne l'avez jamais vu. C'est ce que propose TF1 avec la 2e saison de 24h aux urgences, une série de 6 documentaires plongeant avec réalisme dans le quotidien d'une unité durant 10 jours, et ce 24h/24. Alors que la saison dernière était consacrée au CHU de Montpellier, cette fois, le programme se plongera dans le quotidien du personnel médical du CHU de Poitiers.

''Cet établissement est petit, c'est ce qui nous a intéressés. Avec Antoine Baldassari, le réalisateur, on voulait une écriture plus restreinte pour avoir un côté encore plus humain, plus proche des gens", explique Frédérick Lacroix, producteur de l'émission. "Poitiers a aussi une problématique différente. Le CHU se trouve dans un désert médical. Le service d'urgence devient donc l'endroit où tout le monde passe pour un simple rhume ou quelque chose de plus grave".

Des moyens techniques renforcés

Autre nouveauté cette saison : la mise en valeur des patients et de leurs proches en leur donnant plus la parole lors d'interviews. Par ailleurs, le dispositif technique a été renforcé afin de mettre l'accent sur le réalisme des reportages. ''On a 70 caméras indépendantes. Par rapport à l'an passé, on en a rajouté 10 afin de faire un travail sur l'image et l'intention en image", souligne Frédérick Lacroix. "On voulait quelque chose de plus poussé en termes de réalisation afin de voir ce qui se passe sur les visages. Ce sont d'autant d'informations et de contenus qui vont apporter de l'intérêt aux épisodes''.

Si l'exposition d'un service d'urgence peut toucher à des sujets tabous tels que la maladie, l'équipe de tournage n'a reçu aucune restriction. "Dans cette série, tout est fondé sur la confiance. Tout doit pouvoir être monté à la seule condition de respecter la dignité des personnes et le secret médical. Sur la saison 1, à aucun moment on a manqué de dignité ou montrer des choses trash. C'était notre impératif, mais également celui de TF1", révèle Frédérick Lacroix, qui a tout de même été confronté à certains dilemmes.

Le reflet de notre société

"On a constaté que de nombreuses personnes en fin de vie venaient décéder aux urgences, sans leur famille", raconte le producteur. "Les dernières personnes à les accompagner sont donc les équipes soignantes. Il y a de très belles séquences, qui feront réfléchir les téléspectateurs". "24h aux urgences" laissera également la place à un peu plus de légèreté, en mettant notamment en avant l'esprit de famille qui règne parmi le personnel hospitalier. "Dans certains épisodes, le public sera étonné, angoissé, aura des fous rires ou les larmes aux yeux. C'est un peu le reflet de toute notre société, tous les sentiments qu'on peut ressentir".

Si le programme suscitera peut-être des vocations, son objectif est avant tout d'éliminer les clichés associés aux services d'urgence. "J'ai de l'admiration pour le personnel, qui a des horaires incroyables, sans avoir des salaires mirobolants", insiste Frédérick Lacroix. "Ces gens sont au service des autres non-stop et se dévouent entièrement. Je suis fier que ce programme les mette en valeur".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter