3 bonnes raisons de regarder "Le studio de la terreur" sur Canal+

DirectLCI
DOCUMENTAIRE - Parce qu’il y a toujours quelque chose à regarder à la télévision, "La Médiasphère" a sélectionné pour vous le programme du jour. Aujourd'hui, "Le studio de la terreur" à 21 heures sur Canal+.

S'il y a un documentaire à ne pas manquer cette semaine c'est celui-ci. Baptisé "Le studio de la terreur, à l'intérieur de la machine de propagande de Daesh", le film d'Alexis Marant nous plonge au cœur de la propagande médiatique de l'Etat Islamique. Et c'est aussi passionnant qu'effrayant. 

  • 1Parce que c'est un sujet d'actualité brûlant

    Pas un jour ne passe sans que l'Etat Islamique, ou Daesh son acronyme arabe, ne fasse parler de lui. Dans le flot d'informations sordides qui nous parviennent en continu, Canal+ propose de se poser pour tenter de comprendre comment cette organisation terroriste est parvenue en trois ans à peine à terrifier le monde entier en menant une guerre psychologique contre l'Occident. Réalisé par Alexis Marant (à qui l'on doit le bouleversant "La malédiction de naître fille” coréalisé avec Manon Loiseau), "Le studio de la Terreur" donne quelques éléments de réponse.
  • 2Parce que l'Etat Islamique est plus fort que Hollywood

    Bien que ses méthodes soient barbares, l'Etat Islamique est devenu aujourd'hui la plus grosse machine de propagande depuis le nazisme et la guerre froide. Pour faire passer leur message, les djihadistes bénéficient de moyens à faire pâlir les plus grosses productions américaines dont ils n'hésitent pas à piller les codes. Les films de propagande s'inspirent ainsi de films ("Seven", de David Fincher ou encore "Démineurs" de Katherine Bigelow), de jeux-vidéos ou d'émissions de téléréalité pour mettre en scène de macabres exécutions ou des scènes de guerre.
  • 3Parce que le djihad est aussi une guerre médiatique

    Sans les médias, le djihad ne serait rien. Au milieu des années 2000, Ayman al Zawahiri, le successeur de Ben Laden à la tête d’Al-Qaida l'avait déjà compris. "Le djihad médiatique c'est la moitié du combat", déclarait-il. Gérée par 35 bureaux répartis dans le monde, la propagande de l'Etat Islamique fonctionne grâce à un réseau géré par des jeunes pour qui Internet et les réseaux sociaux n'ont aucun secret. En 2015, durant le seul mois de Ramadan, 1146 contenus ont été diffusés à l'infini sur les réseaux sociaux du monde entier. L'Etat islamique a envahi l'espace et rien ne semble pouvoir l'arrêter.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter