3 secrets sur "Comme un lion", ce soir sur Arte

TÉLÉ

PROGRAMME TV – Faire carrière dans le monde du football, ce n'est pas donné à tous. Mais c'était le rêve de Mitri, héros de "Comme un lion", drame français réalisé par Samuel Collardey. Un film peu connu, et dont le tournage a dû relever plusieurs challenges.

Comme un lion, c'est l'histoire, mi-fiction mi-réalité, d'un gamin comme tant d'autres qui a voulu poursuivre ses rêves. Quand on propose à Mitri, jeune sénégalais, de faire carrière dans le football, toute sa famille l'aide à réunir de l'argent pour l'envoyer en France… Où il se retrouve sans le sou, abandonné par ceux qui prétendaient vouloir l'engager. Jusqu'au jour où une rencontre va changer sa vie.

Si l'histoire de Mitri est une fiction, l'arnaque, elle, est bien réelle. Et elle a fait – et fait toujours – souffrir des aspirants footballeurs. Elle a inspiré le docu-fiction de Samuel Collardey, sorti en 2013, et au tournage bien particulier.

► Un débutant dans le rôle principal
Pour le rôle principal, celui du jeune Mitri, le réalisateur ne voulait pas d'un acteur confirmé. Il s'est donc rendu au Sénégal, et a observé les enfants en train de jouer au football. C'est ainsi qu'il a découvert Mytri Attal. Séduit par sa vivacité, il lui a proposé le rôle. Le seul (pour l'instant) de la carrière de l'adolescent.

► Un rôle sous forme de challenge pour Marc Barbé
Difficile d'imaginer Marc Barbé dans le rôle d'un coach sportif, lui qui correspond plutôt à une étiquette d'intello dans la vraie vie. Pour lui, ce rôle représentait un défi, qu'il a relevé avec brio. Et pour cela, il n'a pas hésité à étudier le domaine. Pendant plusieurs jours, il a observé un entraîneur du centre de formation de Sochaux, pour comprendre les mécanismes comme les attitudes.

► Des matchs chorégraphiés
Sport populaire par excellence, le football n'est pas facile à filmer. Pour se faciliter la tâche, Samuel Collardey a donc préféré chorégraphier les matchs, ne laissant pas place à l'improvisation. Un cadre difficile, mais qui lui a permis d'obtenir précisément ce qu'il voulait.

A LIRE AUSSI >>  Les 1000 films à voir dans sa vie selon le réalisateur de "Shaun of the Dead"

Sur le même sujet

Lire et commenter