Affaire Hanouna : un signalement auprès du CSA, ça sert à quoi exactement ?

Affaire Hanouna : un signalement auprès du CSA, ça sert à quoi exactement ?

DirectLCI
ECLAIRAGE - Ce samedi, plus de 14.000 personnes avaient dénoncé le canular homophobe de Cyril Hanouna dans TPMP via la plateforme de signalement du CSA. Comment fonctionnent ces signalements ? LCI fait le point.

Le Conseil Supérieur de L'Audiovisuel (CSA) veille au grain. L'organisme est, entre autres, chargé du respect de la dignité de la personne humaine dans les médias audiovisuels ou à la rigueur dans le traitement de l'information dans les médias audiovisuels. Mais il ne repère pas toutes les séquences à lui tout seul. 


Si vous êtes devant votre télévision et que vous assistez à une séquence que vous estimez  "choquante" vous pouvez en alerter le CSA. Il vous suffit de vous rendre sur le site du CSA, dans la rubrique services en ligne puis Formulaire pour signaler un programme. Depuis jeudi soir, plus de 14.000 signalements ont, par exemple, été envoyés à l'organisme après les propos homophobes tenus par Cyril Hanouna jeudi soir dans Touche pas à mon poste.


Vous devrez donner votre nom, votre adresse électronique, le nom du média, l'émission concernée et sa date ainsi qu'un message explicatif. Mais est-ce bien efficace ? Selon le CSA, contacté par LCI, "une seule saisine suffit à déclencher une instruction". "Si on a une saisine massive, on sent que l'affaire est importante et urgente et on diligentera plus facilement", ajoute-t-on au service presse.

Des sanctions relativement rares

En vidéo

"T’as une belle truelle ?" : le CSA saisi après le canular homophobe de Cyril Hanouna en direct sur TPMP

Mais est-ce bien efficace ? On reproche en effet souvent au CSA sa lenteur dans l'étude des dossiers. "Il faut avant tout déterminer la nature du manquement avant d'envoyer les dossiers au rapporteur indépendant, se justifie le CSA. Dans le cas de TPMP, deux dossiers ont été envoyés au rapporteur indépendant en novembre et décembre" [Ndlr : dans deux autres affaires ]. On attend toujours les conclusions et les éventuelles sanctions. Mais ces dernières sont relativement rares. Elles peuvent être décidées seulement en cas de récidive de la même chaîne et sur les mêmes fondements, comme dans le cas actuel de C8 "sur le terrain du respect de la personne humaine", selon le CSA. 


Les sanctions peuvent aller du blâme, à l'avertissement en passant par une amende jusqu'au retrait de l'autorisation ou la résiliation unilatérale de la convention.


Sur la séquence homophobe de jeudi soir sur le plateau de TPMP, le Conseil supérieur de l'audiovisuel a affirmé à LCI avoir recensé, samedi à 14 heures, 14.015 signalements de téléspectateurs, un record tous programmes confondus. Touche pas à mon poste (TPMP) a déjà reçu plusieurs avertissements du CSA pour des séquences jugées choquantes ou humiliantes, et 6444 signalements ont été recensés rien que pour cette émission pour l'ensemble de 2016.

Plus d'articles

Sur le même sujet