Alexandre Devoise : "Mes seules casseroles sont celles que je vais vendre au Téléshopping !"

Alexandre Devoise : "Mes seules casseroles sont celles que je vais vendre au Téléshopping !"
TÉLÉ

INTERVIEW – L'animateur prend les commandes du "Téléshopping", aux côtés de Marie-Ange Nardi. Le nouveau VRP du PAF nous dit tout sur ce rendez-vous qui existe depuis 27 ans sur TF1.

On ne s'attendait pas à vous voir au Téléshopping. Qu'est-ce qui vous a donné envie de vous lancer dans cette nouvelle aventure ?
Lorsque TF1 m'a proposé de présenter le Téléshopping, j'ai dit ni oui, ni non. Je me suis demandé ce que je pouvais apporter de nouveau. J'ai donc tourné deux pilotes pour voir comment mettre les produits en avant de façon différente. Et j'ai adoré l'exercice. Attention, on ne va pas révolutionner le programme, mais y injecter un peu de fraîcheur.

Est-ce stimulant de se dire qu'on va essayer de rendre amusant un genre d'émission généralement considéré comme ringard ?
Oui, c'est ce qui m'a plu. On ne va pas non plus trop en faire car on n'est pas dans un sketch. Mais c'est vrai qu'en France le téléshopping a une image un peu ringarde. Aux Etats-Unis, par contre, ça cartonne, il y a même des chaînes qui font ça 24 heures sur 24. Sur TF1 le concept fonctionne bien : ça fait 27 ans que ça dure et il y a près de 20 millions de téléspectateurs chaque année.

Comment se déroule la collaboration avec Marie-Ange Nardi ?
On fera les plateaux de présentation des produits ensemble. Logiquement, elle se concentrera plus sur les produits minceur ou les soutiens-gorge tandis que moi je serai plus à l'aise pour tout ce qui touche à la cuisine ou le sport. Avec Marie-Ange ça se passe très bien car on se connaît depuis une dizaine d'années maintenant. On habite même à une centaine de mètres l'un de l'autre !

"Pour tester la solidité de certains oreillers, je suis passé dessus avec ma voiture !"

Testez-vous tout ce que vous proposez ?
Je teste tous les appareils et je les ramène même chez moi. Je me filme d'ailleurs en pleine action aussi. J'ai déjà essayé la lingette, l'aspirateur et pas mal d'autres choses. Pour tester la solidité de certains oreillers, je suis même passé dessus avec ma voiture !

Pas de place pour les arnaques ?
Non car le Téléshopping c'est du sérieux, ce n'est pas le concours Lépine. Nous avons des réunions de référencement avec des spécialistes qui viennent nous proposer des produits. A nous de choisir celui qui pourra intéresser les téléspectateurs et comment on va le mettre en avant.

Dans la vie, êtes-vous un bon commerçant ?
Je ne sais pas mais en tout cas j'aime ça ! J'avais vraiment envie de revenir à une émission proche des gens, conviviale, avec des petites équipes. Donc oui, je suis un bon vendeur parce que j'y crois.

Vous avez disparu pendant 2 ans, après l'échec Sing off. Comment avez-vous vécu cela ?
C'était un peu décevant car je trouvais que Sing off était un programme original qui avait toute sa place sur France 2. Malheureusement ça n'a pas marché. Ça fait partie du jeu. Mais j'ai réussi à bien m'occuper : entre mes activités radio, mes films d'entreprise et mon site www.mesvigneencoffret, je n'ai pas chômé. En ce qui concerne la télé, j'ai préféré ne rien faire plutôt que de faire quelque chose qui ne me convenait pas. Les seules casseroles que j'ai en télé, c'est celles que je vais vendre au Téléshopping !

Téléshopping, tous les jours sauf le mercredi à 8 h 30 sur TF1.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter