Avec "Les Chevaliers du Zodiaque", Netflix part à la conquête des fans d’animation japonaise

DirectLCI
NOSTALGIE – Netflix tisse sa toile. La plateforme américaine vient d’annoncer un partenariat avec le studio japonais Toei Studio en vue d’une nouvelle mouture de la série animée "Les Chevaliers du Zodiaque". Et ce n’est qu’un début…

C’est l’une des séries qui a fait le succès du "Club Dorothée" sur TF1, dans les années 1990. Les Chevaliers du Zodiaque, l’adaptation du manga Saint Seiya de Masami Kurumada, va avoir droit à une nouvelle mouture sous l’égide de Netflix. Une annonce effectuée mercredi à Tokyo, la plateforme américaine s’associant avec Toei, le studio japonais qui avait déjà réalisé la première version.


Fini la 2D ! Pégase, Hyoga, Shyryu, Shun, Nikki et autre Phoenix défendront l’honneur d’Athéna en images de synthèse au cours d’une première saison de 12 épisodes de 30 minutes chacun. Sorti en février 2015, le long-métrage en 3D intitulé Les Chevaliers du Zodiaque, la légende du sanctuaire avait moyennement convaincu les fans. Cette nouvelle tentative sera-t-elle à la hauteur ? Le premier visuel est en tout cas alléchant...

Le retour des Chevaliers du Zodiaque s’inscrit dans une stratégie de conquête des fans d’animation japonaise, Netflix proposant déjà des références du genre comme Cowboy Bebop, Samurai Champloo et FullMetal Alchemist, mais aussi des nouveautés comme L'Attaque des Titans, Ajin, Assassination Classroom ou encore un spin-off de Castlevania.

Le 25 août, ses abonnés pourront découvrir le film live Death Note, d’après le manga déjà adapté au cinéma en 2006 par Shūsuke Kaneko. Son héros est un lycéen qui découvre un livre qui lui confère le pouvoir de tuer tous ceux dont il écrit le nom. Il est accompagné dans ses aventures par Ruyk, une créature qui se délecte des crimes commis par le jeune homme.

Dans cette nouvelle version, réalisée par Adam Wingard (You’re Next), c’est Nat Wollf et Willem Dafoe qui tiennent les deux rôles principaux. Netflix a misé gros, déboursant 50 millions de dollars pour financer un projet passé entre les mains de la Warner et du scénariste de L’arme fatale, Shane Black.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter