"Big Little Lies" : mystères et faux-semblants pour les héroïnes de la nouvelle mini-série HBO

"Big Little Lies" : mystères et faux-semblants pour les héroïnes de la nouvelle mini-série HBO
TÉLÉ

CRITIQUE - La chaîne américaine HBO lance "Big Little Lies" ce dimanche 19 février, une nouvelle mini-série événement centrée sur un groupe de mères de famille au coeur d'un mystérieux meurtre. Un "Desperate Houseviwes" en plus noir, où les apparences sont souvent trompeuses.

Nicole Kidman, Shailene Woodley, Reese Witherspoon et Laura Dern sont au centre de la mini-série événement Big Little Lies, lancée ce dimanche par HBO - et diffusée sur OCS en France 24 heures après -, adaptée du roman de l’Australienne Liane Moriarty, Petits secrets, grands mensonges. L'histoire de Big Little Lies se déroule dans la communauté très aisée de Monterey, en Californie, et braque ses projecteurs sur plusieurs mères de famille, quelques jours avant un meurtre qui va ébranler cette micro-société. 

Réalisés par Jean-Marc Vallée (Dallas Buyers Club) et écrits par David E. Kelley (Ally McBeal), les sept épisodes cassent petit à petit la façade que ces femmes ont construit toute leur vie. Le meurtre intervient dès le premier épisode - sans qu'on ne connaisse ni la victime, ni le tueur - et alors que les témoignages du voisinage s'enchaînent, nous suivons parallèlement les jours qui ont précédé le tragique événement. Le quotidien de Celeste (Kidman), Madeline (Witherspoon), Renata (Dern) et la nouvelle venue Jane (Woodley) est exploré, de leurs relations entre mères de famille, à leur vie de couple souvent malheureuse.

Une ambiance oppressante

Un conte immersif à l'atmosphère lourde, prêt à imploser à tout instant. Le calme des vagues de la côte californienne s'oppose à un climat tendu entre tous les personnages de cette petite communauté. Les secrets et faux-semblants s'accumulent à mesure que la détresse de ces femmes grandit. La mini-série prend son temps pour nous raconter l'histoire de ces desperate houseviwes, qui doivent faire face à la violence d'un mari abusif (incarné par Alexander Skarskgard), à la violence d'un enfant mis de côté par les autres, ou à celle d'une compétition permanente avec le reste des mères de famille.

Big Little Lies est captivante, bien aidée par une mise en scène léchée et une interprétation parfaite de toutes celles et ceux qui portent cette histoire de sept épisodes. Elle vaut moins pour son meurtre mystérieux que pour le portrait de ces femmes éprouvées par de lourds secrets et cachoteries. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent