Candeloro et Monfort dérapent : France Télévisions mis en garde par le CSA

Candeloro et Monfort dérapent : France Télévisions mis en garde par le CSA

TÉLÉ
DirectLCI
POLEMIQUE – Pour les sages du CSA, Philippe Candeloro et Nelson Monfort sont allés trop loin. La Haute Autorité de l'audiovisuel vient d'adresser une "mise en garde ferme" à France Télévisions, suite aux commentaires jugés sexistes des deux commentateurs pendant les JO de Sotchi.

"Moi, je connais plus d'un anaconda qui aimerait venir l'embêter un petit peu, cette jeune Cléopâtre canadienne". Cette sortie truculente n'est pas tirée d'un scénario de Michel Audiard, ni d'un bon vieux San Antonio. Son auteur ? L'ex-patineur Philippe Candeloro, commentant les performances de la championne canadienne Kaetlyn Osmond, lors des récents JO de Sotchi. Ce "bon mot", parmi d'autres, a fait mal aux oreilles de nombreux téléspectateurs. Tout comme ceux de Nelson Monfort, son partenaire derrière le micro. Après avoir reçu de nombreuses plaintes, les sages du CSA ont tranché. Et viennent d'adresser "une mise en garde ferme" au groupe France Télévisions.

"Le Conseil a estimé que les propos tenus par ces commentateurs, par leur teneur et leur caractère graveleux portant en particulier sur l'aspect physique de sportives, étaient extrêmement déplacés et que certains d'entre eux étaient même de nature à refléter des préjugés sexistes" expliquent les Sages. "Face aux réactions suscitées par ces propos, le Conseil a relevé, en le regrettant vivement, que la direction responsable des sports s'en était tenue à une attitude de dénégation", soulignent-ils par ailleurs.

France 2, une réaction pas assez ferme

La haute autorité fait référence aux déclarations de Daniel Bilalian, le patron des sports de la chaîne publique. "Je ne m'inquiète pas de l'interrogation du CSA sur le fait que les commentateurs puissent exprimer leur enthousiasme à l'antenne tout en le faisant partager à des millions de téléspectateurs", avait-il déclaré à la lettre spécialisée Média+. Tout en admettant qu'il serait "anormal qu'à raison de 14 heures de retransmissions par jour (…), le duo ne "puisse se glisser quelques formules audacieuses ou quelques superlatifs emportés par l'enthousiasme et le patriotisme propre aux JO".

"Si les gens sont coincés de la fesse, j'y peux rien ! Mais je n'ai pas eu le sentiment d'avoir été trop loin : je ne fais jamais du trash ni du graveleux", avait réagi Philippe Candeloro dans Le Parisien. Parmi ses autres sorties "délicates", citons celle-ci, à propos de la patineuse transalpine Valentina Marchei : "Ah, elle a beaucoup de charme, Valentina, un petit peu comme Monica Bellucci. Peut-être un peu moins de poitrine, mais bon". L'intéressée a sans doute apprécié.

Un duo que le public apprécie ainsi ?

Nelson Monfort lui non plus n'avait guère apprécié les critiques. "Philippe et moi n'avons pas le même style. Et c'est ce qui fait que les téléspectateurs, en grande majorité et sans paraître prétentieux, nous aiment bien", s'était pour sa part défendu le commentateur sportif dans l'émission C'est à vous, sur France 5 . "Je suis marié et père de deux filles. Dire que je suis sexiste est tellement ridicule et éloigné de la vérité que je ne peux pas répondre".

Et vous, qu'en pensez-vous ? Nelson Monfort et Philippe Candeloro sont-ils allés trop loin ? La réaction du CSA est-elle juste ou excessive ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter