Festival de séries international en 2018 : Cannes hors course, Paris et Lille favorites

TÉLÉ

PROJET - Alors que le maire de Cannes a annoncé que sa ville souhaitait passer en force pour accueillir un festival consacré aux séries en avril 2018, le ministère de la Culture l'a écarté de la course, et retenu les candidatures de Lille et de Paris.

Déjà hôte d’un prestigieux festival consacré au septième art, la ville de Cannes souhaitait mettre en place une manifestation dédiée à l’univers des séries. "On fera un festival international des séries TV en avril 2018, parce que c’est un projet qu’on prépare depuis 2011 et qu’on (l’)avait proposé au ministère de la Culture depuis 2012, d’abord à Aurélie Filippetti puis à Fleur Pellerin", a déclaré à l’AFP le maire de Cannes David Lisnard. Malheureusement pour lui,  son projet n'a pas été retenu comme nous informe Les Echos

Le ministère de la Culture a décidé d'écarter la ville de la course, pour valider les projets de Lille et de Paris (qui possède déjà deux festivals : Series Mania et Serie Series). Ces deux candidatures passeront devant un jury de professionnels de l'audiovisuel pour remporter le gros lot. "Lille semble en mesure de réussir la mise en oeuvre d'un événement décentralisé à fort rayonnement européen, proche du public. La candidature de Paris s'inscrit dans le développement réussi depuis sept ans d'un événement reconnu alliant succès public et soutiens professionnels au plan mondial (Séries Mania, NDLR)" ont-il déclaré.

J’espère qu’on aura le label et la validation du ministère de la Culture, mais quoi qu’il arrive, on fera ce festival.- David Lisnard

Les trois autres villes ne disposent pas de garanties suffisantes pour porter un tel événement : "Le projet de Cannes comporte des lacunes au plan éditorial au regard des deux dossiers de candidatures précités. Ceux de Bordeaux et de Nice ne présentent pas un degré de maturité suffisante pour monter un tel évènement dès 2018.".

Mais le maire de Cannes a décidé de se passer de l'autorisation du ministère de la Culture, comme il l'avait assuré au Echos : "J’espère qu’on aura le label et la validation du ministère de la Culture, mais quoi qu’il arrive, on fera ce festival. Les enjeux sociaux sont trop importants pour la ville, en termes d’emploi, pour ne pas mettre en œuvre cette idée qu’on a eue". Il souhaite organiser l'événement en avril, en marge du Marché international des programmes de télévision (MIPTV), qui réunit chaque année des centaines de vendeurs et d'acheteurs de contenus audiovisuels au Palais des Festivals et des Congrès .

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter