"Ce n'est pas un foulard comme les autres" : Bernard de la Villardière s'en prend au voile et va au clash dans TPMP

"Ce n'est pas un foulard comme les autres" : Bernard de la Villardière s'en prend au voile et va au clash dans TPMP

DirectLCI
CLASH - Invité de l'émission de Cyril Hanouna diffusé par C8 ce lundi, Bernard de la Villardière a provoqué la colère de certains chroniqueurs qui lui ont notamment reproché de stigmatiser l'islam dans ses reportages. "C'est une doctrine que je dénonce", a déclaré le journaliste.

Il était venu pour promouvoir un documentaire, mais il s'est surtout exposé au feu des critiques. Invité ce lundi de "Touche pas à mon poste" sur C8, Bernard de la Villardière présentait son reportage intitulé "L'armée française dans l'enfer de la jungle" diffusé dans la foulée par la huitième chaîne quand les débats ont rapidement dévié sur les méthodes du journaliste de M6, notamment s'agissant de l'islam. En 2016, son émission "Dossier Tabou" consacrée à la religion musulmane avait déjà provoqué une vive polémique. 


Tout a (re)commencé lorsque Bernard de la Villardière a reproché à Cyril Hanouna d'avoir invité, en janvier dernier, une jeune femme portant le voile, relayant ainsi un message de l'écrivain Waleed Al-Husseini qui dénonçait une tentative de "banalisation du voile dans l'espace public". De quoi de susciter l'ire autour de la table, tout particulièrement de la militante féministe et antiraciste Rokhaya Diallo.

Je suis désolé pour votre maman, mais je n'aime pas du tout ce que vous faites Rokhaya Diallo à Bernard de la Villardière

"Vous ne cessez de citer des musulmans qui sont étrangers. Nous, on vous parle des musulmans de France qui ont un gros problème avec la manière dont vous les dépeignez. Je veux être très honnête avec vous, et je suis désolée pour votre maman, mais je n'aime pas du tout ce que vous faites", a critiqué Rokhaya Diallo. "Je trouve que vous abordez des sujets avec une fausse neutralité qui pour moi masque une idéologie que vous déversez dans des pseudos-reportages qui sont à mon avis des tribunes."


"Ce n'est pas un foulard comme les autres. C'est un hijab qui recouvre non seulement les cheveux, mais aussi le cou et les oreilles. Pour moi, c'est une doctrine que je dénonce et j'ai le droit de considérer qu'une femme qui porte le hijab, c'est une régression", a répliqué l'animateur de télévision de 59 ans, dans ce qui avait tout d'un dialogue de sourds.

Gilles Verdez a ensuite émis de vives reserves à l'adresse de Bernard de la Villardière. Surtout lorsque le journaliste a rappelé avoir été placé sous protection policière pendant un certain temps en raison des menaces de mort. Il en a notamment profité pour revenir sur certains propos tenus à son égard par des chroniqueurs de l'émision.


 "Quand on me traite d'islamophobe, on peut aussi armer les assassins", a-t-il lancé, suscitant ainsi la colère de l'écrivain. "Retirez ça. Vous ne pouvez pas dire que j'arme des assassins. C'est une discussion. Vous avez des convictions, j'en ai aussi", lui a hurlé Gilles Verdez.

Peu avant la clôture de ce débat houleux, Bernard de la Villardière et Cyril Hanouna ont eux un vif échange à propos du "Dossier Tabou" diffusé en 2016. "Ça va hein. Arrête Cyril. Mais non, tu es plus intelligent que ça, ne sois pas démago je t'en prie", s'est emporté Bernard de la Villardière quand l'animateur de TPMP a pointé son arrogance envers des habitants de Sevran dans une séquence du reportage. Et de s'offusquer : "Vous êtes des manipulateurs. C'est de la manipulation pure et simple. J'en ai ras-le-bol de cette histoire."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter