Clash Pulvar-Tapie sur iTélé : l'homme d'affaires s'explique

TÉLÉ

C'est l'accrochage médiatique du jour : ce dimanche sur iTélé, Audrey Pulvar et Bernard Tapie se sont affrontés verbalement et l'homme d'affaires, passablement énervé par les questions de la journaliste, a été assez virulent. Après les explications d'Audrey Pulvar sur D8 ; ce midi ; Bernard Tapie donne ses explications au magazine Le Point. Pour lui, "elle a voulu faire la maligne".

C'est l'accrochage médiatique du jour : ce dimanche sur iTélé, Audrey Pulvar et Bernard Tapie se sont affrontés verbalement et l'homme d'affaires, passablement énervé par les questions de la journaliste, a été assez virulent. Audrey Pulvar s'est expliquée ce midii sur D8 expliquant que l'entretien avait été arrangé à l'avance par téléphone.

"S'il ne veut pas répondre à ces questions-là, il ne faut pas qu'il vienne dans une émission de quarante minutes d'interview politique", lançait la journaliste. Cet après midi, c'est au tour de Bernard Tapie de donner ses explications au magazine "Le Point" . Pour lui, "elle a voulu faire la maligne".

"Je suis un salaud, je lui mets le nez dans son ignorance"

"Audrey, c'est une femme que j'aime beaucoup (...) Je n'ai rien à lui reprocher. Elle a eu envie de faire la maligne... Bon, après, je suis un salaud, je lui mets le nez dans son ignorance et lui fais valoir à l'antenne qu'il est curieux qu'elle enfreigne le secret de l'instruction, alors que, moi-même, j'y suis astreint", se justifie Bernard Tapie à nos confrères après avoir refusé avec beaucoup de véhémence de répondre aux questions de la journaliste qui concernaient notamment sa récente mise en examen pour "escroquerie en bande organisée" et l'affaire de l'arbitrage.

L'homme l'assure, il ne pouvait répondre à la journaliste au sujet des affaires en cours au nom du secret de l'instruction. "Je me contente de lui donner une leçon de droit, elle n'a pas apprécié", poursuit l'homme d'affaires. Reste que Bernard Tapie ne s'est, selon Audrey Pulvar, jamais empêché de commenter certaines affaires en cours.

Lire et commenter