COP21 : Philippe Verdier recasé comme consultant sur une chaîne d'information russe

COP21 : Philippe Verdier recasé comme consultant sur une chaîne d'information russe

DirectLCI
PÔLE EMPLOI - Philippe Verdier, l'ex-Monsieur Météo de France 2 licencié après la parution de son livre controversé sur le climat, a été recruté par l'antenne française de Russia Today pour une série de chroniques sur la COP21.

Philippe Verdier a retrouvé du travail. Licencié par France 2 il y a quelques semaines, après la parution de son livre controversé sur le climat, a été recruté par l'antenne française de Russia Today pour une série de chroniques sur la COP21. 

Il a affirmé ce dimanche qu'il allait commenter "en toute liberté" la conférence sur le climat, lors de sa première chronique pour la chaîne publique russe d'information en continu, qui diffuse sur le web en plusieurs langues.

À LIRE AUSSI >> Philippe Verdier, le M. Météo de France 2, se dit très choqué par sa mise à l'écart

Philippe Verdier a publié en octobre un livre relativisant le réchauffement climatique et mettant notamment en cause la probité du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec). Dans son livre, l'auteur, qui réfute le terme de climatosceptique, défend "les très nombreuses conséquences heureuses et positives du réchauffement". "On a l'impression qu'il y a une urgence climatique. Ce n'est pas forcément vrai, cette conférence a lieu chaque année. Cette urgence est plutôt diplomatique et politique", lance l'ex M. Météo dans sa première chronique sur Russia Today (RT).

Or, les experts du climat s'accordent à dire qu'à long terme, le changement climatique aura des conséquences dramatiques si rien n'est fait pour contenir le réchauffement. La COP21, qui réunit depuis lundi 195 pays au Bourget, doit tenter de limiter la hausse à 2 degrés par rapport à l'ère pré-industrielle. France Télévisions avait alors rapidement pris la décision de licencier Philippe Verdier , considérant qu'il s'était servi de sa fonction à France 2 pour faire la promotion de son livre, et qu'il avait outrepassé son "devoir de réserve". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter