"Dans Top Gear, on va faire des trucs complètement dingues"

"Dans Top Gear, on va faire des trucs complètement dingues"

TÉLÉVISION - La très attendue version française de l'émission arrivera mi-mars sur RMC Découverte. Rencontre avec son animateur principal, l'acteur Philippe Lellouche.

Des voitures de rêves aux pires productions automobiles, des défis loufoques avec une bonne dose d'humour, un trio d'animateurs –Philippe Lellouche, Bruce Jouanny et Yann Larret, dit Le Tone – légèrement déjantés… la recette à succès de la mythique émission britannique "Top Gear" débarquera en France sur RMC Découverte le 18 mars. Interview de l'acteur Philippe Lellouche, qui adore rouler des mécaniques entre un tournage de Clem sur TF1 et sa pièce de théâtre L'Appel de Londres.

Comment avez-vous été amené à rejoindre l'équipe de "Top Gear" ?
J'ai reçu un jour un appel de la responsable du casting qui m'a demandé : "Est-ce que ça t'amuserait de faire de la télé pour l'adaptation française de Top Gear ?". Je connaissais un peu l'émission, pas plus que ça... et je me disais qu'il y avait plein de gens plus légitimes que moi. Je suis quand même allé au casting, avec beaucoup de légèreté. Et ça m'a plu, ça m'a fait rire. Aussi parce que je m'attendais à un truc beaucoup plus formaté.

Pourquoi vous ?
C'est le hasard du casting. On ne sait jamais vraiment pourquoi on correspond aux critères. Sinon, ils m'avaient vu dans un épisode de "Turbo", sur M6, avec ma femme [Vanessa Demouy, NDLR]. Ils ont trouvé que j'avais une franchise de ton, une espèce de gouaille qui les amusait. Avec l'habitude de parler devant une caméra.

"La seule consigne, c'est d'y aller franco"

Depuis que vous avez été choisi, avez vous plus regardé l'émission britannique ?
Moins. Je ne voulais surtout pas faire une copie, ça ne sert à rien. Et la production m'a bien expliqué qu'ils ne voulaient pas faire un remake. D'ailleurs, ça ne serait pas possible, nous n'avons pas la même culture automobile.

Il est prévu de rencontrer vos homologues britanniques ?
Ça va se faire, c'est prévu en mars. On veut les défier, ça nous amuserait beaucoup.

Quelles sont les consignes ?
Il n'y en a pas, excepté en matière de sécurité, évidemment. La seule consigne, c'est d'y aller franco. Mais ça n'est pas compliqué parce que très vite, on oublie qu'il y a des caméras dans les voitures. On se parle aux talkies-walkies et on se fait des vannes. Et on ne sait jamais ce qui nous attend. Et on va faire des trucs complètement dingues, impossibles à faire en dehors de cette émission.

Comment s'inscrit Top Gear dans votre carrière d'acteur et réalisateur ?
C'est un autre exercice. C'est formidablement formateur, notamment de me retrouver face à mes copains pour les interroger. Mais je ne suis pas du tout en train d'essayer une reconversion dans la télévision.

Quel est votre meilleur souvenir automobile ?
L'achat de ma première voiture avec mon premier salaire, une Volkswagen Golf, quand j'avais 22 ou 23 ans. C'était le rêve de d'acheter une Golf. Souvenir d'une époque, des balades avec les copains, presque une madeleine de Proust.

Et le pire ?
Outre un accident avec une BMW, à l'âge de 19 ans, c'est de prendre le volant après une rupture amoureuse, en écoutant des slows. On ne sait pas quoi faire à part rouler. C'est d'ailleurs à ce moment que les idées viennent, c'est un lieu d'inspiration.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Marghe remporte "The Voice 2021"

EN DIRECT - Israël/Palestine : plus de 150 morts depuis la reprise des violences, l'essentiel à Gaza

Covid-19 : ces pays européens qui ont déjà assoupli les règles aux frontières pour les touristes

Que devient Abi Bernadoth, le gagnant de "The Voice" ?

Bigard, Lalanne et Chalençon, têtes de file d'une manifestation anti-masques à Lyon

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.