Son enfance cachée, ses débuts avec Pierre Richard et l’épreuve qu’il a surmontée : 5 choses que vous ignorez sûrement sur Victor Lanoux

DirectLCI
CINÉMA – Pour beaucoup, Victor Lanoux était l'incontournable Louis La Brocante, série à succès diffusée pendant 16 ans par France 3. Mais avant d'accéder à cette notoriété, l'acteur a connu d'autres succès, sur le plan personnel et professionnel. Mais des épreuves, aussi. LCI vous raconte cinq moments forts de sa carrière, alors qu'on vient d'apprendre le décès de l'acteur à l'âge de 80 ans.

Son visage vous dit forcément quelque chose : Victor Lanoux, 80 ans, décédé dans la nuit de mercredi à jeudi d’un AVC à Royan, a multiplié les rôles au cours de sa carrière. Théâtre, cinéma, télévision : l’homme était un touche-à-tout, et avait su se faire un nom du grand public. De son enfance, de son parcours où même de sa vie privée, en revanche, on sait moins de choses. LCI vous propose de revenir sur 5 temps forts de la vie de l'acteur. 

Caché pendant la Seconde Guerre mondiale. Sur le papier, rien ne prédestinait Victor Lanoux à une telle carrière. Né le 18 juin 1936 à Paris, d’un père juif tunisien et d’une mère catholique normande, il est envoyé à l’âge de trois ans avec sa sœur, quand la Seconde Guerre mondiale éclate, dans un petit village de la Creuse. Il y restera tout au long du conflit. Sa véritable identité, "Victor Robert Nataf", est changée en "Victor Lanoux", nom qu’il conservera tout au long de sa carrière.


Ami d'enfance de Pierre Richard. A 22 ans, le jeune homme, diplôme d’ouvrier en poche, devient machiniste aux studios de Boulogne après avoir été parachutiste pendant la guerre d'Algérie. Là, il assiste au tournage de "Notre Dame de Paris", qui met en scène Anthony Quinn. Le déclic opère : Victor se met à rêver de cinéma. Il décide alors de suivre des cours. Avec un ami, un certain Pierre Richard, il débute dans le métier en écumant les cabarets de Paris. Pendant cinq ans, le duo joue ses propres sketchs, souvent en première partie… de Georges Brassens.

Un homme multitâche. Quelques rôles au cinéma suivront. Mais il faut attendre 1972 avec "l’affaire Dominici", puis 1975 avec "Cousin, Cousine" de Jean-Charles Tacchella, pour que l’acteur accède à la notoriété. Ce dernier rôle lui vaut d’ailleurs une nomination aux Cesar. D’importants rôles se succèderont : celui de Pierre Lardatte dans "Adieu Poulet" ou encore celui de Bouly dans "Un éléphant ça trompe énormément" et "Nous irons tous au paradis" d’Yves Robert. Mais l’homme est un touche-à-tout : à côté du cinéma, il s’adonne à une autre de ses passions, le théâtre, allant jusqu’à lui-même écrire et mettre en scène plusieurs pièces, comme "Le Tourniquet" et "Le Péril bleu ou méfiez-vous des autobus", dans les années 80. Pendant cette même période, l’acteur aide financièrement son ami Christian Varini à reprendre la salle de spectacle le Point-Virgule, à Paris. 

 

Un accident vasculaire en plein tournage. En 1998, l’acteur donne un nouvel élan à sa carrière en endossant le rôle principal de Louis La Brocante, sur France 3. La série, plébiscitée par le public avec une moyenne de 4 millions de téléspectateurs par épisode, s’arrêtera en 2014. L’expérience, magique pour l’acteur, prendra un tournant difficile en 2007, quand Victor Lanoux fait un accident vasculaire en plein tournage. Il est opéré d’un anévrisme de l’aorte mais l’opération se déroule mal et le laisse en partie paraplégique. A force d’efforts et d’une rééducation intensive, il reprendra le chemin des plateaux un an plus tard pour réendosser le costume de Louis. 


Trois unions, deux enfants. Côté cœur, Victor Lanoux a été marié trois fois. Il est le père de Stéphanie Lanoux (actrice) et de Richard Nataf (scénariste). Il a longtemps été en couple avec l’actrice Marie-José Nat, rencontrée sur un tournage. En 2008, il épouse Véronique Langlois, scripte sur la série Louis La Brocante. D’elle, il raconte dans une interview accordée à Gala qu’elle lui a "donné une véritable leçon de vie". C’est elle qui l’a accompagné tout au long de sa rééducation et qui lui a donné le courage d’avancer. 

Plus d'articles

Sur le même sujet