"Designated Survivor" : que vaut la nouvelle série de Kiefer Sutherland ?

TÉLÉ

CRITIQUE - ABC a lancé "Designated Survivor" ce mercredi 21 septembre. Une série qui marque le retour de Kiefer Sutherland sur le petit écran américain. Il incarne un membre du cabinet de la Maison Blanche, qui devient président des Etats-Unis après une attaque terroriste. Un premier épisode efficace à l'intrigue prometteuse.

Que se passe-t-il quand le Capitole de Washington est la cible d'une attaque de grande ampleur, tuant sur le coup tous les plus hauts dirigeants politiques américains ? Un "survivant désigné" devient président des Etats-Unis. C'est ce qui arrive à Tom Kirkman, membre du cabinet de la Maison Blanche incarné par Kiefer Sutherland. Designated Survivor lancée ce mercredi 21 septembre sur ABC - et disponible en France sur Netflix - marque le retour de l'acteur deux ans après la saison événement 24: Live Another Day, dans laquelle il avait repris son rôle de Jack Bauer.

Dans cette nouvelle série, il retrouve un peu son terrain de jeu favori: le thriller politique teinté de terrorisme. Ici, il n'est pas membre du contre-terrorisme, mais simple secrétaire du Ministère du logement et du développement urbain sur le point de démissionner. Un fonctionnaire qui se retrouve propulsé à la tête d'un des plus grands pays du monde sans l'avoir demandé.

Faire oublier Jack Bauer

Mais au coeur de cette intrigue principale se jouent d'autres histoires : un drame familial, un complot, une enquête, la recherche de l'identité d'un ennemi encore inconnu. Si toutes ne s'annoncent pas passionnantes, elles permettent de mettre en place ce premier épisode avec une grande efficacité. Il propose aussi des personnages secondaires intéressants à l'image de l'agent du FBI Hannah Wells (Maggie Q), la femme de Tom Alex (Natasha McElhone) ou encore Seth Wright (incarné par un ancien de Dr. House, Kal Penn).

Kiefer Sutherland, lui, parvient rapidement à faire oublier Jack Bauer dans ce rôle  d'un homme fébrile, pas prêt mais profondément déterminer à montrer qu'il est l'homme de la situation. Designated Survivor nous offre 40 premières minutes sans temps mort et la promesse d'un beau thriller politique.

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter