"Fargo" : on a vu et approuvé le premier épisode de la saison 2

TÉLÉ

CRITIQUE - La deuxième saison de Fargo a débarqué lundi soir aux Etats-Unis sur FX et est disponible depuis ce matin sur Netflix en France. Metronews a vu le premier épisode et il est remarquable. Attention aux spoilers.

Fargo était l'une des très grandes réussites de l'année série 2014. La saison 1 de l'anthologie basée sur le film des frères Coen, portée aux nues par la critique et récompensée par deux Emmy Awards et deux Golden Globes, proposait un casting quatre étoiles et une histoire captivante de cynisme. Une oeuvre égalant celle des frères Coen. D'aucun diront même qu'elle l'a surpassée. La saison 2 - dont le premier épisode a été diffusé ce dimanche aux Etats-Unis - avait la lourde tâche de lui succéder, tenter de faire aussi bien et, pourquoi pas, faire mieux.

Un exercice délicat sur lequel True Detective s'est cassé les dents. Fargo, elle, démarre son second chapitre avec brio. Peut-être parce que Noah Hawley - créateur et showrunner - a su maintenir le ton particulier qui faisait le charme de la première saison, et garder cette maitrise qui l'a parcourue tout au long de ses 10 épisodes. Peut-être aussi parce que les deux saisons sont liées par un personnage et une fatalité qui hante l'Etat du Minnesota depuis de longues années.

Massacre à Sioux Falls

De 2006, on retourne en 1979, où on retrouve un jeune Lou Solverson (incarné par Patrick Wilson, qui prend la suite de Keith Carradine). Il fait équipe avec le shériff Hank Larsson (Ted Danson) pour enquêter sur un triple meurtre dans un petit diner américain et une délit de fuite dans lequel disparaît le suspect numéro un. Un événement qui va lier deux familles : le couple Blomquist (Jesse Plemons et Kirsten Dunst) et la famille criminelle Gerhardt, dont l'un des fils et l'auteur du triple meurtre.

Le premier épisode, intitulé "Waiting for Dutch" met en place cette histoire, dont les ramifications se rejoindront au rythme de l'enquête policière au fil de la saison. Si la première saison introduisait l'univers de la série, Noah Hawley peut, avec la seconde, explorer d'avantage la mythologie sans pour autant calquer l'univers des frères Coen. Il offre une introduction solide à ce second chapitre, grâce, encore une fois, à la maîtrise de son récit, mais aussi à son casting irréprochable.

Des débuts brillants

Les premiers rôles, bien connus de tous, font preuve d'une grande justesse, à l'instar de Martin Freeman, Billy Bob Thornton ou la révélation Allison Tolman lors de la première saison. Sans oublier les personnages secondaires, Betsy Solverson (Cristin Milioti) qui doit se battre avec un cancer, amenant plus de profondeur à l'histoire de Lou, Rye Gerhardt (Kieran Culkin) en jeune meurtrier paumé ou encore Otto Gerhardt (Michael Hogan) en patriarche sévère à la santé fragile.

On ne peut pas s'empêcher de repenser à notre sentiment après le pilote l'année dernière : si la suite est aussi réussie que cet épisode, une grande saison va se présenter à nous. Une tendance qui revient avec ce début de saison 2 de Fargo, qui nous promet à nouveau un petit bijou du petit écran.    

A LIRE AUSSI >> "Fargo" : Kirsten Dunst et Ted Danson dévoilent leurs personnages à travers 2 teasers de la saison

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter