"Fear the Walking Dead", saison 1 épisode 6 : un final qui fait très mal

TÉLÉ
RECAP – La première saison de "Fear the Walking Dead" s'est achevée avec "The Good Man", un sixième épisode impressionnant, où l'action et la dramaturgie étaient (enfin) à la hauteur de la série d'origine. Prometteur pour la suite, prévue pour l'été 2016.

C'est ce qu'on appelle faire monter la pression. Après une poignée d'épisodes en huis clos, Fear the Walking est enfin sortie du cadre avec "The Good Man", épilogue d'une première saison globalement séduisante. Dans l'épisode 5, on découvrait que l'armée s'apprêtait à déserter la zone protégée de Los Angeles où résidait Madison, Travis et leurs proches. Un secret arraché au soldat Adams par Daniel Salazar, le coiffeur au sombre passé... Désormais, plus question de tergiverser. Nos héros vont aller chercher Griselda, Liza et Nick au camp militaire.

Pour Madame Salazar, il est trop tard. Pour l'ex-femme de Travis, l'heure est à la prise de conscience. Les militaires n'ont sans doute jamais prévu d'évacuer tout le monde. Et les efforts du Dr. Exner pour sauver les malades sont vains. Nick, de son côté, forme un duo improbable avec Strand, le beau parleur en costume avec lequel il prend la poudre d'escampette, pendant que sa famille tente de retrouver sa trace. C'est l'occasion pour le réalisateur Stefan Schwartz d'orchestrer un vrai bon suspense, digne de The Walking Dead.

Travis sort (enfin) de sa coquille

L'occasion aussi pour chaque personnage de révéler, voire de forcer, sa vraie nature. Jugé trop passif par de nombreux téléspectateurs, Travis (Cliff Curtis) va enfin "exploser ". "The Good Man", c'est lui. Au début de l'épisode, il accepte de libérer le soldat Adams, malgré la mise en garde de Salazar. Alors lorsque le soldat tire sur la belle Ophelia, le professeur d'anglais pète un câble. Et réduit son visage en bouillie à coups de poings, une scène impressionnante qui rappelle les coups de colère du brave shérif Grimes.

Mais le moment le plus fort de cet épisode 6, et sans doute de la saison, intervient dans les ultimes secondes. Nos héros réfugiés dans la villa surplombant la mer de Strand, Liza découvre qu'elle a été mordue par un walker. Si elle demande à Madison d'abréger ses souffrances, c'est Travis, encore lui, qui va faire le sale boulot. Et tuer son ex-femme, au risque de briser à jamais la relation avec Christopher, son fils rebelle. Une nouvelle donne qui devrait infuser toute l'intrigue de la saison 2, prévue pour l'été prochain.

Un spin-off qui a trouvé son style

Après un démarrage en douceur, Fear The Walking Dead est parvenue à trouver son rythme, et son originalité, mariant habilement le drame familial et le récit d'apocalypse. Comme dans la série d'origine, les drames humains sont au cœur de l'intrigue, ce qui rend les scènes d'action et d'horreur encore plus terrifiantes. On saluera au passage les plans nocturnes aériens de Los Angeles, saisissants, alors que la cité des Anges est définitivement privée d'électricité. Une autre vision du monde de The Walking Dead, comme l'avait promis son créateur, Robert Kirkman.

Si les nouveaux personnages sont bien croqués dans l'ensemble, notre chouchou reste sans conteste Nick, le fils toxico de Madison, incarné par le jeune comédien anglais Frank Dillane. A la fin de l'épisode 6, il fait cette confession surprenante à sa mère : "C'est comme si je vivais ça depuis très longtemps. Et qu'à présent tout le monde me rejoignait". Il n'est pas au bout de ses surprises... 

A VOIR AUSSI >> "The Walking Dead" : la première bande-annonce de la saison 6

Lire et commenter