Gontran Cherrier : "Mettre en avant le métier de boulanger, c’est un honneur !"

TÉLÉ
INTERVIEW – C’est presque parti ! La saison 3 de "La meilleure boulangerie de France" débute ce lundi sur M6 à 18h25. L’occasion pour Gontran Cherrier, l’un des membres du jury, de répondre aux questions de metronews.

Pourquoi avez-vous accepté de rempiler pour cette saison 3 ?
Avant tout parce que c’est un vrai plaisir de faire cette émission. Avec Bruno (Cormerais, l’autre juré - NDLR) on s’entend très très bien. On est complémentaire et complice et c’est vrai que mettre en avant le métier de boulanger, un métier qui me tient à cœur, c’est un honneur.

Comment avez-vous vécu le tournage ?
Honnêtement ? C’était très intense, je l’avoue. Le tournage réclame une organisation titanesque parce que ça doit aller vite et que nous sommes très peu disponibles. Donc oui c’est fatiguant mais c’est malgré tout un vrai plaisir, on a la chance de se promener, de découvrir certaines villes…

A quoi êtes-vous le plus sensible face à la production d’un candidat ?
Dans un premier temps on essaie de voir si les participants aiment leur métier. C’est primordial. Ensuite évidemment on s’attarde sur l’esthétique et le goût.

"Cette émission ne dénature en rien le métier de boulanger"

Connaissiez-vous Bruno Cormerais avant de participer à l’émission ?
Non pas du tout ! Même de nom on ne se connaissait pas avant la saison 1. Notre rencontre a eu lieu une semaine avant de partir et autant vous dire qu’il y a eu un très bon travail de casting puisque on s’est tout de suite très bien entendu.

Y a-t-il déjà eu des petites guerres entre vous lors des verdicts ?
(Rires !) On n’est pas toujours d’accord mais on est des gens du métier. On n’a jamais eu de désaccord complet et heureusement parce que sinon ça aurait pu être un peu compliqué. On peut parfois avoir des ressentis extrêmement personnel mais sinon on a toujours été d’accord.

Votre médiatisation a-t-elle eu un impact dans votre vie privée et professionnelle ?
Elle a surtout un impact sur ma vie professionnelle. Beaucoup de gens dans mon entourage avaient peur de l’image de notre métier que pouvait véhiculer l’émission. Une fois la saison 1 diffusée, ils se sont bien rendus compte que c’était très positif, que ça ne dénaturait en rien le métier de boulanger… et qu’en plus de ça, l’audience était au rendez-vous !
 

Sur le même sujet

Lire et commenter