"Grâce à "Orange is the New Black", les LGBT ne sont plus des stéréotypes"

"Grâce à "Orange is the New Black", les LGBT ne sont plus des stéréotypes"

TÉLÉ
DirectLCI
INTERVIEW - A l'occasion de l'arrivée de la saison 4 d'"Orange is the new black" sur Netflix ce vendredi 17 juin, Metronews est allé à la rencontre de ses actrices. Elles se confient sur ce qui attend les fans, et sur les représentations LGBT dans la série.

La saison 4 d'Orange is the new Black débarque ce vendredi 17 juin sur Netflix. Un retour au pénitencier de Litchfield pour les personnages, mais également pour les fans de la série. Attendus depuis un an, ces nouveaux épisodes promettent "du sang neuf, comme on l'a vu sur les premières images" nous raconte  Dascha Polanco ( Dayanara Diaz) . " Elles vont tenter de trouver leur place dans un quotidien déjà bien rodé" ajoute-t-elle.

À  ses côtés, Yael Stone, qui incarne Lorna, explique que cette saison 4 "allie parfaitement la comédie et le drame. Cela dépend des circonstances et du contexte, mais elle trouve facilement l'équilibre. Les personnages vont devoir choisir entre résister, embrasser une cause, ou essayer de mieux se connaître eux-mêmes", avant de préciser que l'aspect politique sera d'avantage exploré, "notamment comment fonctionnent l'établissement et la justice criminelle du pays".

Nous sommes en prison

Une piste dans laquelle Selenis Leyva (qui interprète Gloria Mendoza) s'engouffre : "c'est un rappel : n'oubliez pas que ces personnages sont en prison. Elles ont beau être une famille et se rendre sympathiques aux yeux des fans, ce sont des criminelles". "Jenji Kohan pousse les limites encore plus loin" nous promet, quant à elle, Uzo Aduba (Crazy Eyes).

Cette saison 4 est donc l'occasion parfaite pour les fans de se replonger véritablement dans le quotidien des détenues de Lichfield, et les actrices nous expliquent pourquoi Orange is the new black est si aimée. "Il ne s'agit pas de prisonnières, ce sont de vraies personnes à qui il arrive de vrais problèmes, que tout le monde peut connaitre. C'est à propos d'histoires vraies, humaines et sincères, d'émotions, de sentiments, d'expériences, de réactions. Tout le monde peut s'y retrouver" nous confie  Dascha Polanco.

L'importance de la représentation LGBT

Mais l'un des grands sujets d'Orange is the new black est la représentation de la communauté LGBT, et Lea Delaria, qui incarne Big Boo, personnage butch, nous explique son importance et sa nécessité : "ce qui manquait aux personnes LGBT dans les séries jusqu'ici c'était de toucher le cœur et l'esprit des gens, et nous le faisons parfaitement depuis 4 saisons. La série nous présente comme des personnes réelles, en trois dimensions. Même dans nos moments les plus extrêmes. Montrer à la communauté LGBT, mal représentée à la télévision, que ces personnages peuvent exister. Je pense que la série change des vies".

Selenis Leyva ajoute que la série Netflix "représente tout type de communautés, et que c'était important pour la créatrice de le faire. Les LGBT peuvent enfin s'appuyer sur des personnages complexes, qui existent pleinement, et ne sont plus les stéréotypes qu'ils ont trop souvent été. Et avoir ce personnage transgenre (Sophia, incarnée par Laverne Cox) dans la série, si magnifiquement écrit, c'est extrêmement important, notamment pour le message que veulent transmettre Jenji et Netflix".

A LIRE AUSSI >>  "Orange is the new black" : ce que l'on a pensé de la saison 4

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter