"Harry Potter" débarque sur Netflix : découvrez 5 anecdotes sur la saga

TÉLÉ
DirectLCI
SECRETS DE FABRICATION - Les Moldus mordus des aventures du sorcier créé par J.K. Rowling peuvent, depuis ce jeudi 1er novembre, visionner les huit films avec Daniel Radcliffe et Emma Watson sur Netflix. L’occasion pour LCI de revenir sur cinq anecdotes qui ont pu échapper aux élèves même les plus assidus de Poudlard. A vos baguettes !

Vingt ans. Déjà vingt ans que le premier tome de la saga Harry Potter a débarqué en France. Traduites dans 78 langues, vendues à plus de 450 millions d’exemplaires dans le monde, les aventures du sorcier nées de l’imagination de J.K. Rowling ont été adaptées avec succès par Hollywood. Huit films qui sont disponibles sur Netflix et devraient faire exploser la fréquentation de la plateforme de streaming. La saga n'a pourtant pas livré tous leurs secrets. La preuve :

Tout est né d’un train retardé

J.K. Rowling a toujours voulu devenir écrivain. Mais pour écrire, encore faut-il avoir une bonne idée. Et c'est souvent dans les moments les plus incongrus que les meilleures surgissent. La suite, c'est l'auteur qui la raconte dans une interview à Urbanette : "En 1990, mon petit ami de l'époque et moi avons décidé de prendre un appartement ensemble et de nous installer à Manchester. On partait en recherche d'appartements de temps en temps. Après un week-end de recherches, j'ai pris le train toute seule pour aller à Londres", se souvient-elle. Le train est alors retardé et c'est là que "l'idée d'Harry Potter m'est venue en tête". Elle se rappelle qu'elle n'avait pas de stylo et était "trop timide pour en demander un aux passagers, ce qui [l']a frustrée à l'époque". "Mais quand j'y repense, c'était la meilleure chose pour moi. J'ai eu quatre heures pleines dans le train pour penser à toutes les idées pour le livre", poursuit-elle. L'histoire ne dit pas si l'équivalent britannique de la SNCF l'a indemnisée pour ce retard ô combien salvateur.

Bruce Springsteen a été recalé

Bruce Springsteen, compositeur d'une chanson qui aurait pu figurer sur la bande-originale du premier film de la saga, Harry Potter à l'école des sorciers ? Des mois que la rumeur courait. Elle a été vérifée la semaine dernière avec la publication sur Internet de ce morceau cheesy à souhait enregitré par le rockeur. C'est un fan qui a fait fuiter la démo de ce titre, intitulé "I'll stand by you always" - "Je serai toujours à tes côtés". Une démo désormais introuvable. Le titre a été proposé au réalisateur Chris Columbus mais n'a pas été retenu par la production chez Warner Bros. Comme quoi, on peut être "le Boss" et ne pas faire l'affaire.

... Robin Williams aussi

Il en rêvait. J.K. Rowling ne l'a pas fait. En apprenant qu'une adaptation cinématographique d'Harry Potter était en route, Robin Williams a téléphoné au réalisateur Chris Columbus en proposant ses services pour le rôle d'Hagrid. "Il voulait vraiment être dans le film", raconte la directrice de casting au Huffington Post. Mais le héros de Mrs Doubtfire et Jumanji ne fera pas le poids face à la règle imposée par l'auteur des romans : les membres du casting seront Britanniques ou ne seront pas. "Après avoir dit non à Robin, il n'allait pas dire oui à quelqu'un d'autre, c'est certain", ajoute-t-elle. C'est Robbie Coltrane qui sera choisi. Et ça tombe bien, il était le premier choix de J.K. Rowling.

Un petit air de famille entre deux personnages

Leurs personnages n'ont aucun lien de parenté. Mais dans la vie, l'interprète de Bill Weasley et de Maugrey "Fol Oeil" se connaissent bien. Très bien même, puisque Domhnall Gleeson n'est autre que le fils de Brendan Gleeson. "Je suis fier de mon père et de son travail, donc je suis heureux à chaque fois qu'on m'associe avec lui. Je me sens très chanceux", explique l'acteur irlandais à Esquire.

Une erreur de prononciation

Il est "celui dont on ne doit pas prononcer le nom". Mais vient un moment où il faut bien appeler un chat un chat. Et donc dire que l'ennemi intime d'Harry Potter se nomme Voldemort. Les fans anglo-saxons de la saga ont d'ailleurs eu quelques difficultés avec ce nom. En septembre 2015, l'un d'eux a d'ailleurs affolé la toile avec un tweet auquel a répondu J.K. Rowling. "Le "t" dans Voldemort est muet', écrit-il. "Mais je suis presque sûre que je suis la seule personne à le prononcer comme ça", lui a ensuite glissé l'auteur. Non J.K., les Francopophones aussi.

En vidéo

LES FANS D'HARRY POTTER SORTENT LEUR FILM

Harry Potter a aussi été décliné en pièce de théâtre et a donné lieu à des parcs à thème aux Etats-Unis et au Japon, à un parcours touristique en Ecosse ou encore à une exposition permanente dans les studios Warner Bros à Londres.


* https://www.20ansharrypotter.fr/La-Nuit-des-Livres-Harry-Potter

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter