"Homeland" : les scénaristes "pas intimidés" par la tuerie de "Charlie Hebdo"

TÉLÉ
DirectLCI
SERIE – Il en faut plus pour effrayer les scénaristes de "Homeland", la fiction politique la plus populaire du moment. Interrogé lundi par la presse américaine, le patron de la chaîne Showtime David Nevins a estimé qu'il était du devoir de sa série vedette d'affronter l'actualité sans "aucune limite en la matière".

C'est l'une des séries qui colle le plus à l'actualité internationale, quitte à susciter la controverse. Interrogé à l'occasion du TCA (Television Critics Association), événement annuel organisé par la presse télé américaine, le président de la chaîne Showtime David Nevins s'est exprimé au sujet des récentes attaques terroristes qui ont frappé le sol français. Mais aussi du piratage des données de la major Sony, diffuseur de la comédie satirique L'interview qui tue .

"Nous vivons une époque sombre pour la liberté d'expression à travers le monde", a-t-il réagi. "J'espère que ces attaques ne seront pas prises en considération (par les scénaristes – ndlr). Je veux vraiment qu'il n'y ait aucune limite en la matière. Je ne m'y attends pas". Car, dit-il "(les scénaristes) n'ont jamais été intimidés par ce genre de difficultés. Je veux au contraire qu'ils les attaquent encore en plein dans la figure".

Une cinquième saison loin du Moyen-Orient ?

Toujours est-il qu'après avoir traqué le taliban Haqqani au Pakistan lors de la saison 4, les héros de Homeland pourraient affronter une nouvelle menace lors de la 5e, actuellement en cours d'écriture. "Leur destination est encore un peu en suspens", a révélé David Nevins. "Nous n'allons pas nécessairement continuer à évoquer les relations des Etats-Unis dans le monde musulman. Le vrai sujet de la série, c'est la difficulté d'être de l'Amérique dans le monde du XXIe siècle, combien les choix sont difficiles", a rappelé le patron de Showtime.

"Je crois que c'est une approche qui restera valable aussi longtemps que les scénaristes parviendront à trouver de nouvelles histoires", a-t-il ajouté. "Ça pourrait être en Afrique, ça pourrait être en Europe, ça pourrait de nouveau être au Moyen Orient. Je ne m'attends pas à ce que cette série tombe dans une formule. Je la vois même revenir aux Etats-Unis à un moment donné".

>> A LIRE AUSSI : Homeland fait scandale au Pakistan

Depuis sa création, Homeland a provoqué de vives polémiques, notamment dans les pays étrangers représentés par les scénaristes. Les autorités libanaises n'avaient ainsi pas digéré le portrait apocalyptique de Beyrouth, des scènes tournées... en Israël, pour des raisons logistiques. Lors de la saison 4, c'est la protection implicite du taliban Haqqani par les services secrets pakistanais qui a déplu. Des insinuations "qui ne sont pas seulement absurdes, elles sont aussi une insulte aux milliers de membres de la sécurité du pays qui se sont sacrifiés pour lutter contre le terrorisme", déclarait une source locale au New York Post.

Autre point de discorde, la représentation d'Islamabad, "une ville tranquille et magnifique avec beaucoup de verdure et de jolies collines, alors que dans Homeland, elle est décrite comme un enfer sordide, une zone de guerre avec des fusillades, des bombes et des cadavres éparpillés partout". Des scènes tournées cette fois en Afrique du Sud, pour des raisons de sécurités plus qu'évidentes.

"Une œuvre de fiction" avant tout

Refusant d'entrer dans la polémique, David Nevins a rappelé que Homeland, dont les audiences ne cessent de progresser de saison en saison, était "une œuvre de fiction" dont les auteurs effectuent de nombreuses recherches, notamment auprès des services de renseignements américains à Washington. "Il est important pour moi de défendre leur droit à raconter des histoires difficiles dans des régions du monde qui sont difficiles". En France, Canal + devrait prochainement diffuser la saison 4. Aux Etats-Unis, la saison 5 est attendue pour le mois d'octobre.

Lire et commenter