"Homeland", saison 5, épisode 1 : Carrie, rattrapée par son passé

TÉLÉ
ATTENTION SPOILERS – C'est reparti pour un tour. Canal+ Série propose tous les mardis les nouveaux épisodes de la cinquième saison de "Homeland", dont la diffusion a débuté le dimanche 4 octobre sur Showtime. Dans ce premier opus intitulé "Separation Anxiety" ("La peur de la séparation"), Carrie, désormais exilée à Berlin où elle coule des jours heureux auprès de sa fille, va voir sa tranquillité menacée.

Deux ans après les événements dramatiques qui ont eu lieu à Islamabad, au Pakistan, Carrie a quitté la CIA pour s'installer à Berlin avec sa fille Franny dont elle prend enfin plaisir à s'occuper. Chef de la sécurité à la Düring Fondation, dirigée par Otto Düring (Sebastian Koch), un milliardaire philanthrope, elle a également retrouvé l'amour au bras de Jonas (Alexander Fehling), un séduisant avocat. Après avoir connu le pire, elle semble enfin mener une vie normale. Mais lorsque son patron lui demande de l'accompagner dans le sud du Liban, où il est censé remettre un gros chèque pour aider les réfugiés syriens qui affluent dans la région, l'ex-agent de la CIA se raidit. Elle n'a pas vraiment envie de retourner au Moyen-Orient.

Alors qu'elle tente de trouver un moyen de se sortir de ce traquenard, au quartier général de la CIA, c'est la panique : des dossiers ultra-confidentiels qui pourraient mettre à mal le gouvernement allemand et les Etats-Unis, viennent de fuiter sur les Web. Saul Berenson (Mandie Pantinkin), qui a pris les rênes de la division européenne de la CIA, est appelé à la rescousse et dépêché à Berlin où il tente de calmer la situation. C'est alors que Carrie reçoit la visite de Laura Sutton (Sarah Sokolovic), une journaliste bien déterminée à divulguer l’un des documents qui lui a été envoyé par les hackers. Si l'ex-agent la met en garde sur les conséquences de son acte, elle ne parvient pas à l'en dissuader.

A LIRE AUSSI >> Homeland : Charlie Hebdo au centre d'une intrigue de la saison 5

Poussée par son patron à l'accompagner au Liban, Carrie va demander de l'aide à son ancienne de collègue Allison Carr, devenue chef de la CIA (Miranda Otto) pour tenter de pénétrer dans la zone contrôlée par le Hezbollah. Mais cette dernière la rembarre gentiment en lui rappelant qu'elle ne fait plus partie de la maison. En quittant les lieux, elle tombe nez à nez avec Saul, son ancien mentor, qui lui en veut à mort d'avoir quitté la CIA et trahi ses collègues en rejoignant Düring. Quant à Quinn, avec qui Carrie avait vécu un début de romance la saison passée, il joue toujours les tueurs à gage pour le compte de la CIA, et suit aveuglément les instructions meurtrières de Saul, bien décidé à éliminer tous les terroristes qui se planquent sur le sol allemand.

Après une quatrième saison inégale mais qui au final s'est révélée explosive, les scénaristes de Homeland ont remis les compteurs à zéro et le prouvent dans ce premier épisode qui tente de redonner un souffle nouveau au thriller paranoïaque de Showtime. Sans pour autant oublier les fondamentaux qui ont fait le succès de la série. A commencer par l'ambiguïté du personnage de Carrie qui, malgré ses réticences, va sans aucun doute renouer avec son ancienne vie.

Une fois de plus, les scénaristes ont choisi de coller au plus près à l'actualité géopolitique internationale : entre Daesch, Wikileaks et les attentats de Charlie Hebdo qui devraient être évoqués au cours d'un épisode futur, Homeland est plus que jamais ancrée dans son époque. Quitte à prendre des raccourcis qui ne devraient pas plaire à tout le monde. A commencer par le Liban, qualifié par son héroïne de "zone de guerre", qui n'avait déjà pas vraiment apprécié les clichés véhiculés sur le Pays du Cèdre au cours de la deuxième saison. Vont-ils à nouveau s'en prendre à la série ? On attend avec impatience la suite de l'histoire...

A LIRE AUSSI >> Notre dossier complet sur Homeland et le résumé des épisodes de la saison 4

Homeland, tous les mardis à 22 h 15 sur Canal+ Série.

Et aussi

Lire et commenter