Il va incarner sa version de Jean-Luc Mélenchon dans "Baron noir" : François Morel se confie

TÉLÉ

INSOUMIS - L'acteur François Morel va incarner un leader politique situé à gauche du PS dans la deuxième saison de la série "Baron noir", diffusée sur Canal +. Dans le JDD, le comédien se confie sur son rôle, et sur ce qu'il pense du vrai Mélenchon.

Tout y est, ou presque. La cravate rouge, les cheveux poivre et sel en brosse, la verve... Dans la deuxième saison de la série politique de Canal +, "Baron noir", l'acteur François Morel va incarner Michel Vidal, un leader politique à gauche du PS. Difficile de ne pas y voir d'allusion à Jean-Luc Mélenchon. Pour le Journal du Dimanche, le comédien s'amuse des similitudes entre son personnage et le leader de la France insoumise, mais souligne aussi leurs différences.

"Je n’ai pas voulu imiter le président de La France insoumise, même si on retrouve dans mon personnage son ego boursouflé, son côté hypercassant…" indique François Morel au JDD. "Un article du Canard enchaîné affirmait d’ailleurs que je faisais de lui un 'casse-couilles'. Non ! Le personnage est beaucoup plus ambigu, il a même des côtés sympathiques et attachants, avec ses blessures intimes", ajoute-t-il.

Dans la série, François Morel incarnera Michel Vidal, le leader de "Debout le peuple". Le personnage principal de "Baron noir", Philippe Kickwaert sera, lui, toujours incarné par Kad Merad.

J'ai opté pour Benoît Hamon- François Morel

François Morel se pose également en homme et électeur de gauche, sans pour autant avoir voté pour Jean-Luc Mélenchon : "Je pense que mon père militant cégétiste aurait voté pour lui sans discuter. Moi non, j’ai opté pour Benoît Hamon. J’apprécie Mélenchon pour son talent d’orateur, il défend de grandes idées qui font trop souvent défaut à la politique."

Voir aussi

"Toute la question posée par la série est de savoir si l’ego passe avant ou après… Donc il m’intéresse, mais il m’agace aussi, comme le soir du premier tour quand il n’a pas immédiatement appelé à voter contre Marine Le Pen", poursuit l'acteur, qui tient également une chronique hebdomadaire sur France inter. "Il prône le 'dégagisme', mais il est le seul de sa génération à refuser de s’appliquer ce principe à lui-même. Et puis je suis trop libre pour être soumis aux Insoumis !" 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter