JoeyStarr, dans "Nouvelle Star" sur D8 : "Les rêves des gosses, je m'en fiche"

JoeyStarr, dans "Nouvelle Star" sur D8 : "Les rêves des gosses, je m'en fiche"
TÉLÉ

INTERVIEW - La vraie star du programme c'est lui. JoeyStarr fait ses premiers pas au sein du jury de "Nouvelle Star", dont la quatrième saison sera lancée le 16 février à 21 heures sur D8. Et le moins qu'on puisse dire au vu des premières images dévoilées à la presse, c'est que le rappeur, fidèle à lui-même, fait le show. S'il n'hésite pas à bousculer les candidats, il prouve aussi qu'il a une sacré dose d'humour. Rencontre.

► La Nouvelle star, c'est lui  
"Oui j'ai remarqué ça. C'est un peu bizarre d'être mis en avant comme ça parce que les gens qui m'accompagnent dans le programme sont des artistes comme moi. Je ne sais pas ce que j'apporte à l'émission mais je pense que c'est l'ensemble qui fait la force et pas ma venue. Moi j'avais jamais vraiment regardé ce programme, sauf par la lorgnette du bêtisier. C'est le producteur Pierre Mathieu, avec qui j'avais travaillé sur "Talent Street" sur France Ô, qui a trouvé les arguments pour me convaincre. Et la mécanique s'est transformée en quelque chose de magique parce qu'on n'est pas des frustrés de la musique. Il n'y a pas eu de problème d'ego."

► Juger des jeunes qui rêvent de faire de la musique
"Mais je m'en fous moi de leurs rêves. Les gamins qui viennent, ce sont des compétiteurs, ils se mettent à nu pour nous livrer un truc différent. Nous, on est des jurés, pas des assistantes sociales. La compétition ça fait partie de la vie, et la vie elle n’est pas tendre. Je n'ai pas à tenir compte de leur stress ou du fait qu'une fille ait mis sa plus belle robe. Pour moi un bon candidat, c'est une personne qui sort de sa zone de confort et qui lâche prise. Même si c'est un concours, il doit arriver à envoyer son bordel comme il le sent, pas le modifier parce qu'il est devant nous."

"Je ne suis pas une speakerine, je ne souris pas sur mesure"

► NTM à la "Nouvelle Star" ? 
"Moi je n'aurai jamais participé à "Nouvelle Star". A mon époque on vivait dans un microcosme, quand tu t’appelais Nique Ta Mère, c'était pas pour signer en maison de disques. J'ai postulé une seule fois auprès d'un producteur et la première chose que le type nous dit c'est : "Il vous faut un parolier" (il rit). Nous, on était content de ne pas être compris. On faisait de la musique pour nous c'est tout. C'est juste un gars qui a su nous dénicher."

► Un vrai talent comique
"Mais je ne m'appelle pas Henri Salvador moi. Mettons-nous d'accord, jusqu'à présent on vous a laissés raconter des conneries sur moi parce que mes journées fonctionnent à l'humeur. Je suis un être humain, le capital sympathie je n'en ai strictement rien à foutre. Les médias m'ont fait passer pour un type que je ne suis pas. Mais à présent mettons ces clichés de côté, s'il vous plaît. Moi je suis un mec qui dit des conneries à longueur de journée. Et je ne souris pas sur mesure parce que je ne suis pas speakerine. On parle de violence quand il n'y a que de la virulence. C'est pas parce que je me retrouve à faire 7 mois à Fleury-Mérogis que je suis le pire des enculés. Et si j'ai eu des heurts avec des gens de ma famille, j'en suis victime autant qu'eux."

► JoeyStarr, un être sensible ?
"Ben oui heureusement. Je suis un musicien et c'est le propre du musicien de faire parler sa sensibilité. Comme vous, les journalistes, vous êtes plus cons que moi faut toujours que j'essaie de rattraper le truc. Malgré tout, j'ai été très à l'écoute dans l'émission. J'ai regardé et j'ai adoré les lectures que les autres jurés ont pu faire des candidats. Comme quoi je ne suis pas une cause perdue."

"Nouvelle Star", à partir du 16 février à 21 heures sur D8.

A LIRE AUSSI
>> JoeyStarr : "Le capital sympathie, je m'en bats les reins"
>>  Joey Starr bientôt dans un thriller sur TF1

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Emmanuel Macron va prendre la parole mercredi à 20h

Par âge, avec écoles ouvertes, local ou juste le week-end... 5 nuances de confinement

Appelés à "défendre l’intérêt" du pays, les musulmans de France s’inquiètent d’une surenchère

Éventuel "reconfinement" : comment le gouvernement a changé de discours en quelques semaines

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent