Kevin Spacey : "Certains candidats à la présidentielle américaine ressemblent à Frank Underwood"

TÉLÉ
RENCONTRE - Kevin Spacey était à Paris ce lundi pour un événement organisé par Netflix à la Cité du Cinéma à Saint Denis. Lors d’une conférence en présence de nombreux fans, l’interprète du fascinant Frank Underwood dans "House of Cards" s’est confié sur son personnage, sa popularité et la politique américaine. Metronews y était.

Netflix s’implante un peu plus chaque année dans le paysage audiovisuel mondial. Simple société de location de DVD à ses débuts, elle propose aujourd’hui une large sélection de films, séries et contenus originaux dont la fiction politique House of Cards. Achetée par Canal + avant l’arrivée de la plateforme en France, elle est rentrée au bercail pour la première fois à l’occasion de l’arrivée de la saison 4, le 4 mars dernier.

Pour marquer le coup, Netflix France avait convié ce lundi Kevin Spacy, l’interprète du terrible Frank Underwood, à rencontrer des journalistes venus de toute l'Europe à la Cité du Cinéma, à Saint-Denis. "C’est compliqué d’incarner quelqu’un comme Frank Underwood avec toute sa complexité", a expliqué l'acteur en présence de Ted Sarandos, le directeur des contenus de la plateforme.

Sans Netflix, pas de House of Cards

"David Fincher et Beau Willimon (réalisateur de la première saison et créateur de la série – ndlr) sont les deux personnes extrêmement créatives qui ont amené ce personnage à l’écran et j’en suis heureux. Frank est peut-être le meilleur personnage que j’ai joué dans ma carrière. Aujourd’hui encore, après 4 saisons, j’apprends de nouvelles choses à son propos" raconte-t-il.

Pour l’acteur, c’était le moment parfait pour s’attaquer à un tel personnage : "Avant Frank, j’ai eu l’occasion de jouer Richard III au théâtre pendant de nombreuses années et c’est cette longue expérience qui m’a préparé pour un rôle aussi complexe. Je n’aurais pas pu le faire avant". Et ce, grâce à Netflix, dont il loue l’ambition.

Une fiction qui rejoint la réalité

"Avec David Fincher et Beau Willimon nous avions proposé la série à de multiples networks", se souvient l'acteur. "Et ils ont tous pensé que c’était une idée géniale et ont tous insisté pour faire un pilote. Excepté Netflix. Ils ont senti qu’il y avait un public pour un tel drame politique ambitieux. Et ont directement commandé deux saisons".

Si Kevin Spacey évite en général de parler politique, il s’est accordé un petit écart : "Certains candidats à la présidence ressemblent à Frank Underwood", a-t-il admis. "Il y a également une élection dans la série et c’est intéressant de comparer avec la réalité. Quand on tourne, je me demande souvent si nous n’avons pas été trop loin, si nous n’avons pas dépassé quelques limites, si cela semble irréel… Puis j’allume la télévision, je regarde les infos, et je me dis que non".

Frank Underwood, un personnage universel

S’il a derrière lui une longue carrière au cinéma, avec des rôles marquants dans des films comme Usual Suspects et Seven, Kevin Spacey, 56 ans, avoue que House of Cards lui a apporté une popularité nouvelle. "C’est incroyable de voir la notoriété de la série dans le monde entier. Elle prouve que Frank Underwood n’est pas un personnage typiquement américain, mais qu’il parle à tout le monde", raconte l’acteur.

"J’ai fait un film en Chine il y a quelques années, et personne ne me connaissait là-bas. Aujourd’hui, à Macao tout le monde veut prendre des ies avec moi, comme si j’étais une rockstar. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait : House of Cardsvenait juste d’arriver sur Netflix."

A LIRE AUSSI 

>>  Découvrez (enfin) la bande-annonce de la saison 4 de "House of Cards"  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter