L’humoriste Stéphane Guillon ne reviendra pas dans "Salut les terriens" sur C8

TÉLÉ
DirectLCI
MERCATO - L'humoriste Stéphane Guillon ne reviendra pas dans "Salut les terriens" sur C8 en septembre prochain. Après une saison de tensions, notamment suite à son clash avec Cyril Hanouna, son départ aurait été imposé à Thierry Ardisson par la direction du groupe Canal +.

Il avait surnommé Cyril Hanouna "le Kim Jong-il de C8". D’après nos confrères de Puremédias, Stéphane Guillon aurait évincé de Salut les terriens, l’émission de Thierry Ardisson sur C8. "Il est viré", indique au site une source proche de la production. Une décision qui aurait été imposée à l’animateur par la direction du groupe Canal +. Contactée par LCI.fr, la chaîne C8 confirme le départ de l'humoriste, mais dément son éviction. Son successeur dans l'émission sera prochainement annoncé.


Chroniqueur dans "Salut les terriens" de 2006 à 2012, l'humoriste y avait fait son retour en septembre 2015. Son départ constitue l’épilogue d’une saison de tensions née de ses attaques à répétition contre Vincent Bolloré et Cyril Hanouna, comme le souligne Puremédias. Petit rappel des faits...

Une saison sous haute tension

Le 8 octobre dernier, Stéphane Guillon critiquait sur Twitter la stratégie du patron du groupe Canal +. "Si Zemmour se fait virer de RTL, Bolloré peut, peut-être, le récupérer ? En duo avec Morandini sur iTélé ?", suggérait-il. Puis le 10 octobre, il se lâchait sur le plateau de "C à vous" sur France 5 : "C'est pas parce que vous achetez quelque chose que vous avez le droit d'en faire n'importe quoi", déplorait-il au sujet du rachat de Canal + par l'homme d'affaires.


Rebelote le 15 octobre. Dans sa chronique dans "Salut les terriens" sur C8, l’humoriste évoquait, à sa manière grinçante, l’arrivée possible sur la chaîne info iTélé de l’animateur mis en examen pour corruption de mineur dans l’affaire de la websérie "Les Faucons". "Le profil si vous êtes journaliste et si vous souhaitez travailler aux côtés de Jean-Marc : être mineur, de sexe masculin et surtout être motivé, sans barrières, sans tabous", ironisait-il notamment. Hasard ou coïncidence ? 


Le mardi suivant, Cyril Hanouna dévoilait dans "Touche pas à mon poste" le salaire de Stéphane Guillon. Soit 10.000 euros par chronique. Le début d’une passe d’armes par réseaux sociaux interposés, l’humoriste qualifiant le boss de TPMP de "Kim Jong-il de C8"...

Fin de l’histoire ? Pas vraiment.


Un mois plus tard, dans l’émission de Laurent Ruquier "On n’est pas couché", sur France 2, Thierry Ardisson affirmait avoir évité  le licenciement de l’ancien chroniqueur de France Inter.  "J'ai sauvé la tête de Guillon. J'ai appelé Vincent Bolloré et je lui ai dit, Vincent, voilà, c'est pas une bonne idée de virer Guillon", révélait-il.

Quelques jours plus tard, dans "La Nouvelle Edition" sur C8 "l'homme en noir" évoquait de nouveau la sortie de l'humoriste sur le plateau de France 5 : "Il a une liberté incroyable, on ne lui a jamais rien censuré (...) Il a le droit de faire des vannes sur Bolloré, mais là ce n'est pas pareil : il va dans une émission concurrente et il tape. Et ce n'était même pas drôle." 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La Médiasphère

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter