"L’amour est dans le pré" : ce qu'il faut savoir sur la saison 10

TÉLÉ
DirectLCI
M6 – La saison 10 de "L’amour est dans le pré" débute ce lundi soir. Karine Le Marchand et les productrices de l’émission lèvent le voile sur les agriculteurs (et agricultrices) dont les histoires de cœur vont nous accompagner tout l'été.

On suivra quatorze nouveaux candidats, dont trois femmes
Avec 5,6 millions de téléspectateurs l’an dernier, "L’amour est dans le pré" est devenue l’émission fétiche de M6. "Ce succès, on le doit en premier aux agriculteurs", se réjouit Anne-Sophie Larry, directrice des productions externes de flux à M6. "Depuis le début de cette aventure en 2006, on compte 60 couples, 15 mariages et 32 bébés." Les onze hommes et trois femmes de la prochaine saison ont entre 24 et 64 ans, issus de toutes les régions. "Il y a beaucoup de sincérité en eux, ajoute Virginie Matéo, la productrice de l’émission, ils nous font confiance, il faut les respecter."

À LIRE AUSSI >> "L'Amour est dans le pré", saison 10, épisode 1 : des larmes, du charme et déjà deux abandons

Pour la première fois, un gay et un noir participent à l’émission
On a pu faire la connaissance de Guillaume, Auvergnat de 31 ans, et gay, donc, dans les portraits des candidats diffusés en janvier dernier. "J’ai reçu deux courriers assez ‘gentils’ le concernant, ironise Virginie Matéo, et j’ai répondu à celui qui a daigné laisser son nom et ses coordonnées... Mais Guillaume a reçu énormément de lettres d’encouragement, de la part d’hommes et de femmes de tous âges." Quant à Florent, Picard de 26 ans, il est le premier agriculteur noir de l’émission. "Ce qui nous a touchés n’est pas le fait qu’il soit noir, mais qu’il ait été adopté", précise la productrice. L’extrait où il vient chercher sa prétendante à la gare accompagné de sa maman est aussi touchant qu’amusant, et promet de jolis moments.

Il y aura plus d’imprévus que les saisons précédentes
Karine Le Marchand , ravie de retourner dans les prés (elle présente l’émission depuis la saison 5), promet beaucoup de retournements de situation cette saison. "On est parfois dépassés par les rebondissements !", admet-elle. Parmi eux, l’abandon d’un candidat, ce qui arrive chaque année. "Ils abandonnent parce que certaines prétendantes les contactent en-dehors de l’émission, par les réseaux sociaux, et débarquent chez eux", soupire la présentatrice. "L’un d’eux nous dit qu’il arrête parce qu’il est tombé amoureux, et il se fait larguer au bout de trois mois. Ça ne loupe jamais !" Parfois aussi, des prétendantes refusent de passer à la télé, "et ce sont des filles qui ont souvent un gros dossier… La télé, ce n’est pas un aspirateur à filles, c’est aussi un filtre pour sélectionner les plus saines", résume Karine Le Marchand.

Eric, jovial Bourguignon de 54 ans, pourrait être le nouveau Thierry
Karine Le Marchand ne veut pas dévoiler ses candidats préférés pour ne pas faire de jaloux. Toutefois, un nom surgit, qu’on a noté en visionnant un extrait où il a épaté la galerie : "Eric ! Comme Jean-Claude et Thierry les années précédentes, il a une personnalité incroyable." La gouaille de ce bon vivant promet quelques scènes d’anthologie. A guetter aussi : Claude et ses calembours, Isabelle qui n’aime ni cuisiner ni faire le ménage, et Jean-Baptiste pris en flagrant délit de coup de foudre, avec force gloussements.

Et toujours un regard tendre et respectueux sur les agriculteurs
Karine Le Marchand insiste : "L’amour est dans le pré" n’a à voir avec de la téléréalité. "C’est un docu-réalité, précise-t-elle, on sait qu’on a une responsabilité sur ce qui est diffusé. On essaie de montrer un individu dans sa globalité, de sortir des cases, avec respect. Moi qui suis bon public, je ris de certaines mimiques ou remarques, mais ce n’est jamais méchant. C’est aussi cet impact moral qui explique notre succès : on n’est pas dans le trash." Pour les candidats aussi, l’émission est un succès : "Le regard sur les agriculteurs a beaucoup changé ces cinq dernières années, conclut Karine Le Marchand. Ils étaient très déconsidérés. L’émission les transforme dès que la production les choisit, et ils sont tous beaucoup plus ouverts après."

À LIRE AUSSI >> "L'Amour est dans le pré" : que sont devenus les agriculteurs de la saison 9 ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter